Bilan 2017 : des livres, des voyages et des sourires

12 janvier 2018

Hello à toutes et à tous,

Me revoilà, après une petite pause hivernale, pour vous souhaiter une excellente année et plein de belles choses. Soyez enthousiastes et éclectiques, fantaisistes et flamboyant·e·s, complices et canailles, papillons et parulines, tormentilles et tintinnabules. Humez, voltigez, aimez, vagabondez, faites-vous plaisir, aventurez-vous, n’ayez pas peur de vieillir, caressez la gaieté, saupoudrez votre vie de rire, embrassez vos bien-aimé·e·s.

Bref, bonne année.

En attendant d’entamer véritablement celle-ci, j’avais envie de revenir sur l’année écoulée, à la façon d’un petit bilan. Oh, un petit bilan non-exhaustif et qui, parce que cela me correspond mieux, préfère retenir tout ce qu’il y a eu de joli plutôt que les moins belles choses cette année-ci. Car du moins beau, il y en a eu aussi, mais qui dit plus de projets, dit plus d’ennuis et de soucis. Dans quelques années, qu’en restera-t-il ? Des bons souvenirs et des soupirs moqueurs, alors autant voir les choses du bon côté ! Et, qui sait, peut-être aurai-je le courage de vous faire part dans un prochain article de mes bonnes résolutions… mais je devrais d’ores et déjà plutôt parler d'”intentions”, étant donné ma capacité à ne jamais tenir ce que je m’impose sous le gui. Vous êtes prêt·e·s pour le bilan 2017 ? C’est parti !

 

Hiver

Les premiers mois de l’année ont été marqués par l’écriture intensive de mon livre, Planète Végane. Pendant de longues semaines, je conjugue travail universitaire et rédaction de cet ouvrage, ne dors pas beaucoup, sors encore moins, angoisse pas mal, mais prends également un plaisir fou à écrire, écrire et encore écrire. Au bout de quelques semaines, le premier jet de Planète Végane naît et le verdict tombe : c’est trop long. Les petits ciseaux passent par là, finement, délicatement et, quelques temps après, je vous annonce mon retour sur ce blog !

Je donne également ma première conférence en Belgique, où j’ai emménagé à l’automne passé. Même si l’hiver est rigoureux et le ciel souvent chargé, les premières neiges me ravissent.

Ces premiers mois sont également marqués par mes (re)débuts sur Instagram (et mon addiction naissante à ce réseau social). Je vous y raconte mes tourments, mes plats doudous, mes tentatives de réveil, mes dernières lectures et puis je finis par disparaître pendant quelques semaines, trop prise par ma grossesse rédactionnelle.

 

Printemps

Le printemps, ma saison (de loin) favorite, est signe pour moi de renouveau. Je me remets à sortir, à lire, à dormir et à voyager, pour mon plus grand bonheur. Fin mars, je retourne en Allemagne après plus de deux ans sans y avoir mis les pieds. Je découvre avec joie Munich, ses arbres en fleurs, son imposante université et ses rues animées. Malheureusement, je fais vœu de chasteté touristique et passe la plupart de mon temps enfermée auprès des corrections de Planète Végane. Car oui, il me faudra encore un peu de temps pour achever modifications, relectures et finitions, mais à la mi-avril, mon bébé est envoyé à l’imprimerie… et moi, je souffle.

Enfin, pas vraiment, puisque je m’envole vers les Etats-Unis afin d’animer, pour la deuxième année consécutive, la session de conférence sur les Vegan Geographies que j’organise avec quelques collègues anglo-saxon·ne·s. J’y donne également une conférence et notre projet de livre naît sous le ciel de Boston. Et puis, je participe dans la joie et la bonne humeur à une manifestation de géographes anti-Trump. Le froid glacial et les grosses bourrasques de vent n’ont pas raison de notre détermination et nous rions bien, avec nos pancartes qui manquent à chaque pas de nous être arrachées des doigts. Je profite de la proximité entre Boston et la frontière canadienne pour sauter sur la banquette d’un bus de nuit et passer quelques jours à Montréal, où je me régale de pâtisseries véganes, découvre une très chouette librairie féministe et, surtout, passe mon temps à faire des papouilles à Roland Barthes, le chat de mon amie Elise.

Mai arrivant, j’ai du mal à cacher mon excitation. C’est d’ailleurs le mois où je publie le plus de l’année : 6 articles en moins de 30 jours ! (à marquer d’un pierre blanche) Car mai, c’est le mois où Planète Végane est publié et où mon nouveau blog voit le jour ! Vous êtes nombreux·ses à vous procurer mon livre à sa sortie et à le partager sur les réseaux sociaux, grâce au hashtag #planetevegane. De mon côté, j’attends avec impatience vos premiers retours et je rougis comme une écrevisse à chaque article positif.

Côté blog, hélas, rien ne se passe jamais comme prévu : le nouveau blog plante sitôt après son lancement, l’ancien disparaît, tout le monde m’envoie des messages en panique et mon webmestre ne répond plus à mes demandes angoissées. Heureusement, un nouveau webmestre (formidablissime) réapparaît à temps et me sauve des méandres internetteux. Malgré tout, le bilan de cette aventure n’est pas entièrement positif : si vous êtes nombreux·ses à apprécier le nouveau design et la nouvelle organisation du blog, la migration vers WordPress.org me fait perdre des milliers de visiteur·se·s quotidiens – chose qui, malheureusement, ne s’est jamais rétablie.

 

Eté

Avec les beaux jours commence également la promotion de mon livre, mes premières radios et télés, mes premiers allers-retours en train enchaînés. La veille de la sortie de Planète Végane, j’ai la chance de rencontrer Martin Page lors d’une émission radio sur France Inter. Je participe quelques jours plus tard à ma troisième Marche pour la Fermeture des Abattoirs, une manifestation animaliste à laquelle je suis attachée (officiellement, c’est pour mes recherches). Puis, viennent d’autres émissions : la RTBF en Belgique et CNews à Paris (où je suis, pour la première fois, maquillée par une maquilleuse professionnelle que je supplie de me laisser “le plus naturel possible, s’il-vous-plait” – c’est peine perdue, Cléopâtre, sors de ce corps). A côté de cela, je vous livre toutes mes astuces dans mon article, 6 méthodes pour devenir végane et le rester, publié dans le Huffington Post – astuces que vous pouvez également retrouver sous format vidéo dans l’Obs, qui m’a interviewée à l’occasion (le jour idéal pour avoir un gros bouton de moustique sur le visage côté caméra). Enfin, par un jour d’été caniculaire, je reçois une équipe de tournage à la maison et achève de me liquéfier sous les 50°C du lampadaire de studio.

Côté voyages, j’en profite pour découvrir véritablement Bruxelles, lors d’un séminaire de mon département, et ne peux m’empêcher d’y traîner à nouveau Tistou pour déambuler dans ses rues pavées et goûter des crêpes éthiopiennes. Quelques semaines plus tôt, c’était à Gand que je m’étais rendue, après de nombreuses années sans avoir mis les pieds dans ce qui est pour moi la plus jolie ville de Belgique. Peu après, je me rends à Brême, en Allemagne, pour participer à une conférence de géographie critique. Je découvre une ville adorable et alternative, où je rêve déjà de revenir. Quelques jours plus tard, je rejoins Tistou en conférence pour un long week-end à Prague. Si je n’accroche pas plus que cela avec la capitale tchèque, je garde un très bon souvenir de ces mini-vacances au beau milieu d’un programme chargé.

Enfin arrive l’été, le vrai, que je passe entre l’Allemagne, la Belgique et la France… Même si je ne lâche pas vraiment mon boulot des “vacances”, j’arrive à me faire de véritables petites pauses de bien-être avec des gens que j’aime. A Freiburg, je retrouve avec bonheur Natasha d’Echos Verts, avec qui les plages de travail sont tout de suite plus agréables. Entre mer et montagnes, je passe de magnifiques journées avec mon ami André Stern et toute sa joyeuse famille. Je retrouve enfin mes nièce et neveux du bout du monde et je me déconnecte pour profiter des moments en famille et mieux parvenir à travailler (toujours).

 

Automne

La rentrée reprend au pas de course. Au programme de cet automne : rencontres, conférences et dédicaces. Il y aura d’abord Bruxelles, Strasbourg, Lyon et l’Italie. Même si je peste d’avoir sacrifié mes vacances tandis que Tistou déguste des vagues dans le Sud-Ouest, je suis ravie de voir vos mines réjouies et de parler de tout et de rien avec vous – enfin, surtout de véganisme, bien sûr !

En ce début d’automne, je vous annonce également que je ne publierai plus de recettes de cuisine sur mon blog et je vous fais part du sexisme dont je suis régulièrement victime. Malgré quelques (rares) réactions négatives, l’immense majorité de vos réponses me confortent dans ma décision de modifier ma ligne éditoriale. Quelques semaines après, une équipe d’Arte débarque à la maison pour m’interviewer (lien à retrouver en bas de l’article !) et je passe un délicieux moment à disserter idéologie et mouvements sociaux.

Début novembre, je m’envole pour le Québec, où débute ma tant attendue (et redoutée) tournée de conférences outre-atlantique. Je commence par le Festival Végane de Montréal et puis, pendant plus de deux semaines, j’enchaîne les événements. Si j’en ressors pleine d’entrain et de reconnaissance envers mon public québécois, c’est également complètement fourbue que je rentre à la maison. Maintenant, je suis avertie : une à deux conférences chaque jour (plus les dédicaces !), c’est trop pour moi.

Lors de mon séjour là-bas, paraît Veggie Kids, livre que j’ai co-écrit avec Sophie Cottarel et Marie Laforêt. Un an et demi après Bébé Veggie, voilà un nouvel ouvrage pour nourrir vos petit·e·s végés de façon saine et rassurée ! A peu près au même moment, je lance enfin mon site professionnel (que je n’ai pas mis à jour depuis, bouh). Est également publié Identity, Justice and Resistance in the Neoliberal City, un livre académique dans lequel je signe un chapitre sur les pratiques transgressives à Skopje (mon terrain de thèse). Je finis l’année par une mini-série de conférences à Paris et Bordeaux, et après ça, je file sous la couette pour une pause bien méritée !

 

Et voilà, 365 jours derrière moi, deux livres, 644 pages et plus, 18 conférences, une douzaine de rencontres et dédicaces, beaucoup beaucoup de kilomètres effectués et d’heures passées dans les trains, de magnifiques rencontres, découvertes et discussions, et pas un regret à l’horizon. Ce que j’espère maintenant, c’est que 2018 sera une belle année, différente peut-être, plus calme si possible, avec un certain retour sur ce blog (je croise les doigts), mais non moins riche, créative et excitante. J’ai hâte !

 

*    *    *

 

C’est la première fois que je me livrais à ce bilan, donc n’hésitez pas à me dire si vous avez aimé l’exercice ! En attendant, je vous laisse avec la vidéo de l’émission d’Arte, diffusée dimanche dernier et pour laquelle j’ai été interviewée :

 

 

Bonne année !

33 commentaires
14

Vous aimerez aussi

33 commentaires

PAIN 12 janvier 2018 at 14 h 01 min

bravo ! impressionnée !

Répondre
Antigone XXI 12 janvier 2018 at 19 h 33 min

Merci ! 🙂

Répondre
latablevegederese 12 janvier 2018 at 14 h 10 min

Coucou Ophélie !!
j’ai beaucoup de retard dans la lecture de tes articles, alors ouiii !! j’aime bien ce résumé là ! mercii
très belle année à toi ♥♥♥

Répondre
Antigone XXI 12 janvier 2018 at 19 h 33 min

Merci beaucoup Résé ! Une très belle année à toi ! 🙂

Répondre
Échos verts ❀ Natasha 12 janvier 2018 at 17 h 37 min

Quelle joie de te relire Ophélie ! J’ai du mal à croire qu’il s’agit-là du bilan d’une seule et même personne et d’une seule et même année ! Tu m’impressionnes… mais j’espère que 2018 sera tout de même un peu plus sereine et te permettra de souffler plus régulièrement ! Nos matinées, déjeuners, goûters, après-midis, soirées, etc. partagés cet été font sans nul doute partie des souvenirs de l’année que je chéris le plus . Et vivement ceux qu’ils nous restent à créer en 2018, à Constance, à Freiburg… ou ailleurs 😉 !

Répondre
Antigone XXI 12 janvier 2018 at 19 h 33 min

Oh, merci Natasha ! Tu sais, ton bilan aussi avait de quoi faire envie (117 articles, mon rêve !). J’ai également un magnifique souvenir de ces jours ensoleillés en ta compagnie et j’espère que nous pourrons remettre cela bientôt ! <3

Répondre
Lisbeth 12 janvier 2018 at 17 h 46 min

Bravo pour cette belle année et quel plaisir de te lire à nouveau ici ! Tous mes voeux !

Répondre
Antigone XXI 12 janvier 2018 at 19 h 48 min

Merci beaucoup Lisbeth ! Bonne année à toi !

Répondre
Marion 12 janvier 2018 at 18 h 11 min

Quelle année !
C’est un bilan fort sympathique que tu nous livres ici, félicitations et surtout merci à toi pour tes engagements 🙂

Tous mes voeux pour 2018 !

Répondre
Antigone XXI 12 janvier 2018 at 19 h 30 min

Merci beaucoup ! Une très bonne année à toi aussi ! 🙂

Répondre
Johanna 12 janvier 2018 at 18 h 33 min

Super ce bilan ! C’est fou tout ce que tu as fait cette année et ça me réjouit pour toi ! J’espère aussi que tu vas pouvoir un peu te reposer et continuer à nous faire des super articles 🙂

Répondre
Antigone XXI 12 janvier 2018 at 19 h 48 min

Merci Johanna ! J’espère aussi ! 😉

Répondre
Antigone XXI 12 janvier 2018 at 19 h 29 min

Tu sais Matmout, quand je dis que j’ai été victime d’une attaque en règle, je suis bien placée pour le savoir. Le harcèlement qui a suivi la publication de cet article va bien au-delà des simples commentaires apparus ici. J’ai fait le choix de taire ce que j’ai reçu en privé et supprimer ce qui m’a semblé trop ordurier en public. Si je parle d’attaques, c’est bien qu’il y a des raisons à cela et je n’ai pas coupé court à la discussion sous mon texte de gaieté de cœur. Merci, une fois encore, de ne pas mettre systématiquement en doute la parole des concerné.e.s (bouh, j’ose mettre en avant sa légitimité). Et après, il faudrait encore que je remercie les gens qui m’ont traînée dans la boue par “honnêteté intellectuelle” ? Et pourquoi pas me flageller un bon coup en plus ?
Je ne reviendrai pas sur le texte très long d’Y. Bonnardel, que je n’ai que rapidement survolé (travail oblige). J’avoue avoir certainement moins de temps que lui pour “pondre” (je reprends son terme) une énième réponse sur un sujet sur lequel nous ne sommes visiblement pas d’accord et pour lequel de très nombreuses autres personnes ont argumenté dans le même sens que moi sans que cela ne fasse avancer le débat. Car oui, je suis loin d’être la seule à avoir critiqué le terme de végéphobie et les idées sur lesquelles celui-ci se base : étonnamment, ce texte ne cite pourtant que moi. Des articles m’ont précédée (exemple ici), de même que des personnes, comme Théo Ribeton (ici), parfois de manière moins nuancée. Est-ce parce que la plupart étaient des hommes qu’on n’a pas traîné dans la boue leurs propos “méprisants”, “sournois”, “truffés de conneries” et j’en passe ? J’aurais aimé, pour ma part, lire une belle riposte argumentative à mon article et que nous puissions discuter de ces sujets à tête reposée. C’est dommage d’avoir publié à la place un texte à charge, où la caution d’un LGBT et l’hypocrisie du féminin universel ne suffisent pas à faire passer la pilule.
D’autre part, si ça peut te rassurer sur mon statut, de très nombreux chercheurs et chercheuses parlent depuis des dizaines d’années des “mecs blancs cis et hétéros” : c’est la base de la réflexion sur la positionnalité en sciences sociales et heureusement qu’elle existe. Désolé si ça peut te paraître vexant, c’est simplement une réalité objective.
Enfin, j’ajouterai que je suis ici sur mon blog et que je fais le choix d’y écrire ce que je souhaite ou non. J’avais envie d’exprimer publiquement une chose au sujet de la réaction à cet article, parce que je n’ai pas envie de me taire, mais je ne souhaite pas non plus revenir dessus dans d’éternels commentaires. J’avais auparavant la politique de l’expression la plus libre possible : désormais, j’en ai assez de m’en prendre plein la figure au nom de la liberté et je censurerai tous les commentaires qui me déplaisent, c’est aussi simple que cela. Je n’ai plus envie d’avoir à ouvrir mes mails, mes réseaux et mon blog la boule au ventre, ne sachant pas ce qui va me sauter dessus cette fois encore.
Sans rancune et bonne année à toi aussi.

Répondre
Bibiche 13 janvier 2018 at 7 h 16 min

Bravo Ophelie et merci de tout ce que tu fais pour nous éclairer ! Quelle force et quelle détermination !! Je t’embrasse !!!

Répondre
Antigone XXI 13 janvier 2018 at 8 h 46 min

Merci beaucoup, c’est très gentil ! Bonne année 🙂

Répondre
Aline de Brooklyn 13 janvier 2018 at 14 h 13 min

Quel bilan bon sang! Bravo! J’ai beaucoup aimé cette petite émission d’Arte, sauf peut être la petite conclusion qui se voulait humoristique…
Excellente année à toi!
Aline de Brooklyn

Répondre
Antigone XXI 13 janvier 2018 at 15 h 26 min

Merci beaucoup Aline ! Oui, j’avoue m’être également interrogée sur la conclusion de l’émission… après tout, pourquoi pas ? 😉

Répondre
Delph 13 janvier 2018 at 17 h 22 min

Belle année 2018 Ophélie et bravo pour tes réalisations et ton engagement. Au passage, excellente la photo de Cléopatre ahahaha !! Ca ne te ressemble tellement pas ce look…

Répondre
Antigone XXI 13 janvier 2018 at 19 h 06 min

Mon frère l’a montrée à mes neveux et ils ont demandé qui c’était, ne voulant pas croire que c’était “Tata Ophélie” ! 😉

Répondre
Céline 13 janvier 2018 at 20 h 27 min

Chère Ophélie,
Merci pour ce bilan 2017 et bravo pour toutes ces réalisations et ces accomplissements dont tu peux être fière !
Je trouve ton parcours très inspirant et j’aime ce côté “force tranquille” que tu dégages ^^ !
Très belle année 2018, bonne continuation dans tes projets de vie et au plaisir de continuer à te suivre ! 🙂

Répondre
Antigone XXI 16 janvier 2018 at 13 h 55 min

Merci beaucoup Céline, ça me touche énormément ! 🙂
Bonne année à toi !

Répondre
Céline 17 janvier 2018 at 2 h 16 min

Bienvenue Ophélie et merci à toi ! 😉

Répondre
SIMONETTE 13 janvier 2018 at 23 h 18 min

Bonne Année à toutes les Véganes 😉

Répondre
Antigone XXI 15 janvier 2018 at 9 h 54 min

Merci ! 🙂

Répondre
maevasmapamundi 14 janvier 2018 at 13 h 29 min

Et bien quel bilan! Bonne année 2018, j’espère qu’elle sera pour toi aussi enrichissante et mouvementée!

Répondre
Antigone XXI 15 janvier 2018 at 9 h 54 min

Enrichissante, je l’espère… mouvementée, un peu moins ! Merci beaucoup ! 🙂

Répondre
Animal Sensible 14 janvier 2018 at 18 h 45 min

Quel belle année ! On sent la sueur derrière ton article même si tu te concentres sur le positif ! En tous cas très belles année 2018 à toi 🙂

Répondre
Antigone XXI 15 janvier 2018 at 9 h 55 min

Merci beaucoup ! Oui, un peu de suée, mais heureusement, ça s’éponge vite ! Bonne année 🙂

Répondre
Aurelia 15 janvier 2018 at 23 h 49 min

Ce bilan est hallucinant Ophélie! Je n’en reviens pas que tu ais réussi à faire autant, à donner autant pour la cause animale, en seulement 365 jours. Ecrire un livre en quelques semaines, j’en serais personnellement incapable. Bref, bravo! Je trouve que l’exercice du bilan te réussit donc bien, et la manière dont tu l’abordes est différente de ce qu’on peut lire sur d’autres blogs; j’ai beaucoup aimé le format chronologique que tu as choisi. Aurélia

Répondre
Antigone XXI 16 janvier 2018 at 13 h 57 min

Hallucinant, je ne sais pas, mais en tout cas, c’est sûr que ça a été une année bien remplie !
J’aurais dû ajouter dans ce bilan : rencontrer Aurélia de la Carotte Masquée. Une des plus chouettes rencontres de cette fin d’année ! 🙂

Répondre
Nathalie 17 janvier 2018 at 11 h 45 min

Résumé très complet.Merci ! J’en profite pour te dire que j’aime beaucoup te lire même si je ne suis pas végane ni ne pense le devenir mais je trouve ta vision très intéressante. Lors de mon prochain séjour en France, je ne manqueraipas de feuilleter ton livre. 😉

Répondre
Antigone XXI 17 janvier 2018 at 14 h 43 min

Merci beaucoup Nathalie, ça me touche beaucoup ! 🙂

Répondre
The Sunny Foodie 18 janvier 2018 at 21 h 21 min

Merci pour ton partage ! Que de beaux projets, hâte de voir la suite.

Répondre

Répondre à PAIN Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :