Comment faire des fromages végétaux : le B.A.-BA

23 janvier 2014

 

Aujourd’hui encore, avec l’Atelier Végétal, je vous entraîne dans un fabuleux monde…

 

Fromages de cajou - Antigone XXI

*

Les produits laitiers, on l’a vu, c’est has been ! Souffrance animale, danger pour la santé, impact écologique… Bref, pas besoin d’en rajouter, on le sait : mieux vaut s’en passer. Je vous avais montré la semaine dernière comment le lait et la crème fraîche de cajou pouvaient parfaitement remplacer leurs équivalents laitiers, et bien maintenant, c’est au tour des fromages.

A votre avis, pourquoi les végétariens ont autant de difficultés à devenir végétalien ?…

Je vous le donne dans le mille, c’est la faute aux fromages !

Plus jeune, je mangeais du fromage à chaque repas. Le plat principal était, déjeuner comme dîner, invariablement suivi du fameux plateau de fromages : cinq ou six bêtes au choix, variant du bleu le plus corsé au reblochon le plus crémeux. Bref, le fromage, c’était une étape obligée de mes journées culinaires et plus il y en avait, mieux c’était. Aujourd’hui et depuis plusieurs années, voir un fromage ne me met pas dans des états seconds. Au mieux, il me laisse indifférente, au pire, son odeur me repousse et ses moisissures me dégoûtent. Bref, le fromage, ce n’est plus pour moi… mais comment ai-je fait pour me libérer ?

*

Fromages de cajou - Antigone XXI

*

Pourquoi est-il difficile d’arrêter le fromage ?

*

Si cela peut rassurer les végétariens en transition, ce n’est pas tant de leur faute s’ils ne parviennent à se passer de fromage… mais celle du fromage lui-même ! C’est ce que les Dr. Lisle et Goldhamer appellent le ‘Pleasure Trap’ / Piège du Plaisir.

En effet, le fromage ferait partie des aliments les plus addictifs qui soient. Quand on parle d’addiction, on pense souvent à la cocaïne, l’alcool ou encore le tabac… Et pourtant, les drogues les plus répandues ne sont pas celles que l’on croit : viande, chocolat, sucre et fromage sont celles auxquelles nous sommes le plus dépendant au quotidien, et si nous sommes aveugles à ce caractère addictif, c’est parce que nous en mangeons tout le temps : l’addiction est en permanence satisfaite.

Mettons que vous vous leviez au beau milieu de la nuit, stressé, vous n’arrivez pas à dormir, vous n’avez qu’une idée fixe : manger. Et pas n’importe quoi : vous avez souvent des cravings pour des bâtons de carotte la nuit ? De la salade verte ? Non plus ?.. Des endives, peut-être ? Toujours pas ?.. Très bien, et si je dis : chocolat ou fromage ? Vous savez, un bon fromage bien fondu, coulant, crémeux, sur des pâtes encore fumantes… Ok, vous voyez que, s’il est difficile d’être accro à la mâche ou au brocoli, on peut l’être sans hésiter à la crème glacée au coulis triple chocolat ou à une pizza géante aux quatre fromages.

Ceci n’est pas étonnant. Selon le Comité américain des Médecins pour une Médecine Responsable (PCRM), le fromage est addictif, au même titre que le tabac ou l’héroïne. En 1981, une étude menée par les Wellcome Research Laboratories a découvert que le lait contiendrait de la morphine. Plus précisément, il contient de la caséine, une protéine qui se divise durant la digestion et génère des opiacées (un type de substance contenu dans l’opium ou ayant un effet similaire), les casomorphines. Selon le PCRM, l’une d’entre elles posséderait un dixième du pouvoir analgésique de la morphine. Remis dans son contexte, cela se comprend : ces substances, contenues dans le lait maternel, ont un effet relaxant et réconfortant pour le nourrisson, et pour conséquence l’attachement du bébé à la tétée.

*

Fromages de cajou - Antigone XXI

*

A forte dose, comme c’est le cas pour le fromage (un verre de lait contient 6 g. de caséine, soit 3 à 5 fois plus pour le fromage), ces substances ont un effet d’addiction bien supérieur. Il n’est donc pas étonnant que l’on ait du mal à se passer de fromage ! La dépendance n’est pas seulement psychologique ou culturelle, mais physiologique. Le PCRM cite même des tests au naloxone, un médicament bloquant les effets de la morphine et utilisé pour le sevrage des drogues dures, au cours desquels les participants traités perdent leur envie de fromage.

D’ailleurs, le fromage contiendrait également une substance chimique similaire aux amphétaminesla phényléthylamine, un stimulant physique et psychique qui donne l’illusion de supprimer la fatigue. La consommation d’amphétamines est ponctuée de ‘descentes’ qui induisent un état de découragement ou de dépression. Notons que cette substance est également contenue dans la viande…

Un remède ?..

Se sevrer ! On dit souvent que, pour devenir végétarien ou végétalien, il faut y aller progressivement… et effectivement, pour se défaire d’une dépendance, mieux vaut y aller en douceur. Diminuez petit à petit votre dose d’addiction quotidienne et laissez ensuite votre organisme faire son travail pour perdre toute dépendance physiologique. Pour l’alcool, il suffit de 7 jours ; pour la nicotine, entre 15 et 21 jours. Et pour le fromage ? Au minimum 3 semaines selon le PCRM ! Donc, le mieux, c’est d’arrêter en douceur et puis de ne pas craquer pendant ce temps…

Moi, je crois que le mieux pour s’en passer sans trop souffrir, c’est de se lancer très vite dans les fromages végétaux ! 

*

 Fromages de cajou - Antigone XXI

*

Je vous avais déjà présenté un petit fromage vite fait bien fait, ma ricotta végétale, à base de lait de soja, et c’est au tour maintenant des fromages de cajou ! Vous allez, voir, comme pour mes recettes de laits et crèmes, c’est ultra facile.

Mon but ici est de vous apprendre à faire vos propres fromages de cajou (ou d’autres oléagineux) : je vous propose donc 4 manières de les préparer, avec une infinité de variantes possibles à chaque fois, toujours pour 100 g. de noix. Il y en a pour tous les goûts !

*

*

Fromage frais de cajou

 *    *    *

*

Pour un fromage de 125 g.

*

Ingrédients  :

  • 100 g. de noix de cajou nature (non grillées et salées)
  • 2 à 3 CàS d’eau
  • 1 belle pincée de sel
  • le jus d’un (petit) 1/2 citron
  • accompagnement au choix : herbes (thym, romarin, aneth, basilic, ciboulette…) graines (fenouil, coriandre, pavot, poivre…), fruits & légumes séchés (tomates, raisins, figues, ail, oignon…)

*

Préparation : 

    1. 2 à 8 h à l’avance, mettez à tremper vos noix dans un bol d’eau.
    2. A l’aide d’une passoire, rincez-les bien en les passant sous l’eau du robinet. Egouttez-les.
    3. Ajoutez l’eau, le sel et le jus de citron et mixez jusqu’à obtention d’une crème homogène.
    4. Ajoutez ensuite vos accompagnements, mélangez bien et servez.

*

Vous obtenez ici un fromage frais à tartiner qui se conserve 4-5 jours au réfrigérateur (ou plus…). C’est la base de la base : libre à vous ensuite de lui donner une texture différente, en l’essorant à l’aide d’une étamine (comme ici), ou bien en suivant les indications que je vais vous présenter maintenant.

*

Fromages de cajou - Antigone XXI

*

Deuxième recette : deuxième manière de préparer un fromage de cajou.

Ici, deux variantes combinées = texture plus ferme + goût plus fort. 

Pour obtenir une texture plus ferme, c’est simple : il faut ajouter un peu d’agar-agar. Comme toujours, l’agar-agar se dilue dans une petite quantité d’eau que l’on fera bouillir une minute environ. On mixe d’abord les noix et puis, au dernier moment, on ajoute cette eau agarisée. Un petit coup de mixeur et zouuu, on met au frais et c’est prêt !

Pour un goût plus fort, proche de celui de certains fromages animaux, on se tourne vers les trucs et astuces de la cuisine vg : levure maltée + miso + citron + ail + oignon. Vous n’y croyez pas ? Je vous assure, c’est bluffant !

*

 *

Fromage corsé de cajou

 *    *    *

*

Pour  un fromage de 125 g.

*

Ingrédients  :

  • 100 g. de noix de cajou
  • 4 CàS d’eau
  • 1/2 càc d’agar-agar en poudre
  • le jus d’un peu moins qu’un 1/2 citron
  • 1 càc de miso brun (non pasteurisé)
  • 2 càc bombées de levure maltée
  • 1/2 càc de poudre d’oignon (ou 1/4 d’oignon)*
  • 1/2 càc d’ail en poudre*
  • 1 CàS d’huile d’olive

*

* Pour une saveur similaire à celle d’un fromage animal, la poudre d’oignon et la poudre d’ail fonctionnent bien mieux que l’oignon ou l’ail frais, surtout pour la poudre d’ail – ne me demandez pas pourquoi !

*

Préparation : 

    1. 2 à 8 h à l’avance, mettez à tremper vos noix dans un bol d’eau.
    2. A l’aide d’une passoire, rincez-les bien en les passant sous l’eau du robinet. Egouttez-les.
    3. Placez tous les ingrédients hormis l’eau et l’agar-agar dans le bol de votre mixeur. Mixez de sorte à obtenir un mélange homogène.
    4. Dans une petite casserole, mélangez l’eau et l’agar-agar. Portez à ébullition pendant 1 min en remuant de temps en temps avec une cuillère en bois.
    5. Versez dans le reste de la préparation. Mixez de nouveau et versez ensuite dans un récipient préalablement huilé (pour un démoulage plus facile).
    6. Placez au frais au moins 1h avant de démouler.

*

Vous obtenez ici un fromage ferme au goût corsé qui se conserve de nombreux jours au réfrigérateur, et dont le goût s’affine (ou se renforce !) avec le temps. Vous pouvez le couper facilement au couteau, mais il reste assez tendre pour être facilement tartiné. Pour un résultat plus ferme, ajoutez plus d’agar-agar (attention, pas trop quand même, au risque d’obtenir un bloc de béton…). Vous pouvez aussi vous passer d’agar, pour un fromage à tartiner, comme le précédent, mais au goût prononcé.

*

Fromages de cajou - Antigone XXI

*

Et maintenant, le fromage fermenté

J’adore faire fermenter mes fromages végétaux : cela leur donne un petit caractère qui, en fonction du temps de fermentation, peut être plus ou moins prononcé… parfois au point d’obtenir une saveur semblable à celle d’un fromage animal très fort (type bleu) ! Enfin, ce n’est pas exactement pareil, et tant mieux (je n’ai jamais aimé le bleu…), mais c’est bon en tout cas ! On retient : 2 à 4h de fermentation pour un fromage doux, et 8 à 12h (voire plus) pour un fromage au goût fort.

Pour la fermentation, rien de plus simple : il faut une température assez chaude, mais pas de panique, il n’est pas obligatoire, comme pour les yaourts, de maintenir une température précise. Il suffit d’un endroit bien chaud et qui ne perde pas trop sa chaleur. J’utilise ma yaourtière, mais vous pouvez également utiliser votre four préchauffé 10 minutes à 100°C et puis éteint. Il vous suffira alors de bien emmitoufler votre récipient de fromage d’un tissu. Une bouteille thermos préalablement ébouillantée fonctionne également parfaitement. Même chose pour un déshydrateur (40°C) ou, tout simplement, la chaleur du soleil ou celle d’un radiateur !

On reprend les mêmes ingrédients que pour le fromage frais, et on y ajoute un ferment : miso, yaourt végétal, ou encore probiotiques… vous avez le choix !

*

 *

Fromage fermenté de cajou

 *    *    *

*

Pour 125 g. de fromage

*

Ingrédients  :

  • 100 g. de noix de cajou
  • 2 à 3 CàS d’eau
  • 1 belle pincée de sel
  • le jus d’un 1/2 citron
  • au choix : 1 càc de miso, 1 CàS de yaourt de soja, 1 capsule de probiotiques
  • optionnel : accompagnements au choix*

*

* Je mets toujours un peu de levure maltée et de poudre d’ail dans mes fromages fermentés : c’est délicieux !

*

Préparation : 

  1. 2 à 8 h à l’avance, mettez à tremper vos noix dans un bol d’eau.
  2. A l’aide d’une passoire, rincez-les bien en les passant sous l’eau du robinet. Egouttez-les.
  3. Mettez l’ensemble des ingrédients dans le bol d’un mixeur et mixez jusqu’à obtention d’une crème homogène.
  4. Versez dans un récipient étanche (pot à confiture…) et placez dans votre ‘fermentateur’ : yaourtière, four, thermos, soleil, radiateur… Laissez fermenter entre 2 et 24h (voire plus !)
  5. Laissez refroidir 1h au frais avant de servir. Pour un fromage plus ferme, égouttez-le avec une étamine.

*

Ce fromage, qui se conserve de nombreux au réfrigérateur, vous permet de bénéficier des bienfaits de la lacto-fermentation, à l’action régénérante sur la flore intestinale.

*

Fromages de cajou - Antigone XXI

*

Et enfin, le meilleur pour la fin… le fromage rôti !

Sans plaisanter, même si les noix de cajou n’entraînent pas une addiction similaire à celle du fromage animal, elles sont pourtant sacrément addictives dans la recette que voilà ! La base est la même que pour un fromage frais, mais on le passe au four et, croyez-moi, ça change tout !

J’ai ajouté ici quelques graines de pavot, mais vous pouvez opter pour l’accompagnement de votre choix.

*

*

Fromage rôti de cajou

 *    *    *

*

Pour un fromage de 125 g.

*

Ingrédients  :

  • 100 g. de noix de cajou
  • 2 à 3 CàS d’eau
  • 1 belle pincée de sel
  • le jus d’un 1/2 citron
  • un peu d’huile d’olive
  • optionnel : accompagnements au choix*

*

* J’y mets souvent un peu de levure maltée, de miso et de poudre d’ail.

*

Préparation : 

    1. 2 à 8 h à l’avance, mettez à tremper vos noix dans un bol d’eau.
    2. A l’aide d’une passoire, rincez-les bien en les passant sous l’eau du robinet. Egouttez-les.
    3. Mettez tous les ingrédients dans le bol d’un mixeur, hormis l’huile d’olive et mixez jusqu’à obtention d’une crème homogène.
    4. Disposez dans un moule (ici, à tartelette) préalablement huilé. A l’aide d’une spatule ou de vos petits doigts, huilez le dessus du fromage.
    5. Placez dans un four préchauffé à 160-170°C pour 20 minutes. Finissez par 5 minutes au grill pour un résultat bien doré (mais pas cramé). Attendez quelques minutes et démoulez.

*

Voici ici un exquis fromage rôti se conserve 4-5 jours au réfrigérateur. C’est le plus ferme de tous les fromages présentés ici et il est juste tellement bon qu’on se demande s’il n’y a tout de même pas un peu de morphine dans la noix de cajou…

*

Fromages de cajou - Antigone XXI

*

Et voilà, mon petit tour de table des produits ‘laitiers’ de cajou est fini ! J’espère qu’il vous aura intéressé et que vous allez désormais être nombreux à vous lancer dans la confection de fromages végétaux !

Et si vous ne mangez pas de cajou ?

Pas de panique : toutes ces recettes sont valables pour tous les autres oléagineux ! Les noix de cajou donnent vraiment la texture la plus douce et onctueuse, mais leurs copines, les amandes, noix de Grenoble, graines de courge, chanvre ou tournesol… sont plutôt douées, elles aussi ! Les goûts et textures varieront au gré des noix et graines, ainsi que des assortiments et manières de les apprêter… pour le plus grand plaisir de vos papilles !

*

  

606 commentaires
4

Vous aimerez aussi

606 commentaires

Aurélie 23 janvier 2014 at 21 h 15 min

Géniaaaaal !!!! A mon grand étonnement, j’ai réussi assez facilement à me sevrer du fromage, mais ces fromages végétaux n’ont même pas besoin de nous voir en manque pour se jeter dessus !! A nous les expériences fauxmagères ! et MERCI Ophélie pour ce blog débordant d’idées qui renouvellent le quotidien et chamboulent les habitudes !

Répondre
Antigone XXI 23 janvier 2014 at 21 h 37 min

Je t’en prie, merci à toi Aurélie et bravo pour ta sevrage ! 😉

Répondre
Sarah 23 janvier 2014 at 21 h 51 min

Depuis le début de la semaine, je me disais que j’avais du mal à me passer de fromage. Cela fait un moment que j’ai opté pour le lait et la crème végétale. J’aime le beurre (ch’uis Bretonne quand même! ), mais je n’ai pas de soucis à m’en passer, il ne me manque pas…mais le fromage, je craque le soir… nous l’aimons tous. Je vais essayer ta recette ce we!

Répondre
Antigone XXI 23 janvier 2014 at 21 h 52 min

Alors j’espère vraiment que tu aimeras, Sarah !
Il faut garder une chose en tête : on n’essaie pas de reproduire une copie conforme des fromages animaux, on fait différent – et mieux ! 😉

Répondre
Sarah 2 février 2014 at 17 h 43 min

Fromage corsé, fait et adopté par toute la famille! Je vais essayé les autres!

Répondre
Antigone XXI 2 février 2014 at 18 h 52 min

Youhouuuu !
Ravie qu’il plaise à tous !

Répondre
Sarah 16 février 2014 at 16 h 10 min

Après la tournée de choconette, tournée de fromage fermenté…au poivre, hummm un délice!

Antigone XXI 16 février 2014 at 17 h 17 min

Ça ne s’arrête pas, dis-moi, chez toi ! 😉

Sarah 17 février 2014 at 21 h 17 min

Avec de si bonnes recettes, c’est pas facile de s’arrêter! Et puis on peut les custumiser, je trouve amusant de faire des essais, chacun a ses préférences.

Antigone XXI 17 février 2014 at 21 h 33 min

Ouiii, c’est ce que j’aime aussi ! Je ne fais jamais deux fois le même fromage ! 😉

Natasha (Échos verts) 23 janvier 2014 at 21 h 57 min

Encore de belles recettes qui donnent envie d’essayer et semblent faciles à réaliser… Merci!

Répondre
Antigone XXI 23 janvier 2014 at 21 h 58 min

Je t’en prie ! Oui, ce n’est vraiment pas compliqué !

Répondre
Alexandra Doumy 23 janvier 2014 at 22 h 11 min

Je confirme, je suis addict aux fromages végétaux et pourtant j’étais une GRANDE consommatrice de fromage! Même mon homme a adopté ces fromages là et n’achète qu’un bout de comté tous les 15 jours! A essayer de toutes urgences pour les réticents…

Répondre
Antigone XXI 23 janvier 2014 at 22 h 12 min

Ah, super, merci beaucoup pour ton témoignage, Alexandra !

Répondre
mamapasta 23 janvier 2014 at 22 h 33 min

bon, j’ai toujours préféré le munster et le Roquefort….donc difficile de penser que les noix de cajou vont pouvoir s’aligner….j’essaierai tout de même ta version ” fermentée” pour voir…….J’avais testé la version de Virginie Péan avec de la choucroute crue comme ferment…..pas mal mais pas assez violent….le top pour moi , c’est le tofu fermenté; mais je n’ai jamais trouvé comment le faire à la maison et les bocaux chinois pourraient être OGM sans que je puisse lire l’étiquette….

Tu penses que je suis la seule à faire des craving de carottes au point de les descendre direct dans le sachet en revenant de chez le maraicher???( et laisser moisir les chocolats de Noël)

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 10 h 07 min

Ah, j’ai une recette de munster végétal dans mes placards ! Et honnêtement, c’est tellement bluffant que je n’ai pas pu en manger la première fois où je l’ai préparé… trop semblable au munster traditionnel ! Pouahhh, c’est fort, ce truc-là ! 😉
Moi aussi j’aimerais faire mon propre tofu fermenté, je devrais m’y essayer !
Ha ha pour les cravings de carotte… moi, ce sont les champignons à la levure maltée, je suis fan ! 😉

Répondre
mamapasta 30 janvier 2014 at 21 h 25 min

et tu l’ouvre quand ton placard à munster végétal??
champignon à la levure maltée??? à tester….jamais gouté!tu trempes ou tu mixes??

Répondre
Antigone XXI 31 janvier 2014 at 9 h 01 min

Je ne l’ouvre pas trop souvent… par peur t’infester la cuisine de l’odeur du Munster ! 😉
Alors, c’est une non-recette, attention 😉 : je prends des champignons crus (champi de Paris, les plus courants), j’enlève le pied, je passe vite fait à l’eau pour nettoyer et légèrement humidifier l’extérieur, je mets une càc de yaourt végétal nature dans le champignon, j’ajoute une pincée de sel, je roule le tout dans la levure maltée, et hop ! Je croque !

Répondre
Hélène 23 janvier 2014 at 22 h 50 min

Oh la la, comme une magicienne, tu fais des fromages plus beaux que les “vrais” ! Le fromage, c’est mon enfance, je n’ai mangé ni viande ni poisson jusqu’à 16 ans alors, le fromage, malgré tout, je lui dois toute ma croissance ! J’en ai tellement mangé ! J’avoue que ça ne me manque pas une seconde et que mon amoureux, allergique, ne me force pas à en acheter. Malgré tout, chez mes parents, quand il y a un peu de fromage de chèvre bio, j’en avale une micro-tartine, c’est ma petite madeleine proustienne à moi. Pas taper, maîtresse !

Je remarque que tu aimes le miso pour le goût “fromagé”, j’aime aussi beaucoup le tofu lactofermenté dans le même genre !

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 10 h 05 min

Merci beaucoup Hélène !
Ne t’inquiète pas, je suis non-violente ! 😉 J’aimerais bien que mes enfants disent un jour que leur madeleine de Proust, ce sont mes fromages végétaux…
Oui, j’adore le miso, et c’est vraiment un ingrédient de choix pour le goût fromagé ! Le tofu lacto-fermenté, à chaque fois que je vais en France, je m’en délecte ! Je n’en trouve qu’un seul ici, pas de la même marque, et vraiment moins savoureux… alors j’attends en trépignant mes prochaines visites de l’autre côté de la frontière ! 😉

Répondre
Charlotte 23 janvier 2014 at 23 h 07 min

Comme d’habitude, ton blog est une mine d’or pour l’apprenti VG… j’ai fait deja quelques fromages fermentes, j’ai meme fait du bleu en ajoutant un tout petit peu de spiruline que je melange au fromage, c’est bleuffant 🙂 Je ne connaissais pas le fromage roti, va falloir essayer ca ! Par contre j’ai deux questions : pourquoi jeter l’eau de trempage des noix et les rincer, s’il n’y a pas d’acide phytique a enlever ? On ne peut pas garder l’eau ? Pour le soleil, j’en ai des tonnes chez moi, mais la preparation ne risque pas de tourner si je mets mon pot de fermentation directement en plein soleil ? Merci de tes lumieres !

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 10 h 02 min

Oh, merci Charlotte, c’est adorable !
Super l’idée de la spiruline dans le fromage fermenté, je retiens !
Alors, je ne jette en fait pas l’eau de trempage, surtout que, avec les noix de cajou, elle est riche en magnésium – parfait pour mes plantes ! Je préfère ne pas la consommer directement, car cela permet aussi de nettoyer les noix et une eau fraîche permet aussi aux préparations de se conserver plus longtemps (surtout si tu mets les noix à tremper la nuit à température ambiante), mais on peut très bien l’utiliser en remplacement de celle que j’ajoute dans les crèmes et fromages, bien sûr. Je le fais d’ailleurs parfois quand je fais du lait, les petits matins pressés : c’est déjà dans le bol du blender, il n’y a plus qu’à mixer !
Pour la fermentation au soleil : si l’air ambiant est déjà bien chaud, il suffit de placer le pot à l’extérieur, par exemple sous un linge blanc, afin que la température ne soit pas non plus trop élevée, ou bien à l’ombre. Plus il fait chaud, plus vite la fermentation se produira : en Australie, tu n’es donc pas obligé de mettre à fermenter longuement !

Répondre
erulelya 23 janvier 2014 at 23 h 57 min

Merci infiniment pour ces recettes ! Je connais deux petits lutins qui vont êtres ra-vis de pouvoir remanger du fromage à volonté !

Je vais juste t’embêter avec une question : Je ne trouve pas de miso par ici, est-ce qu’on peut s’en passer et le remplacer par quelque chose comme e la sauce soja ? Ou ça joue vraiment un rôle dans la texture/fermentation ?

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 9 h 55 min

Alors, oui et non… La sauce soja donnera un goût légèrement voisin, mais elle ne jouera pas le même rôle dans la fermentation (il faudra ajouter un autre ferment dans le fromage fermenté, notamment).
A essayer toutefois, je ne l’ai jamais fait !

Répondre
aline guenard 24 janvier 2014 at 0 h 03 min

Bonjour,Je suis tjs avec grand plaisir vos déouvertes et commentaires….Est ce vs qui avez ajouté lorsque j’ouvre votre mail un ” video YouTube? “merci au plaisirA.Guénard

Date: Thu, 23 Jan 2014 19:58:19 +0000 To: aline.guenard@hotmail.com

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 9 h 52 min

Bonjour Aline,
Non, je n’ai envoyé aucune vidéo, il s’agit peut-être d’un spam…

Répondre
Mlle Pigut 24 janvier 2014 at 0 h 34 min

Moi aussi j’étais accro au fromage (on dirait les fromageux anonymes, ou pas anonymes en l’occurence, haha), j’en mangeais beaucoup et j’ai eu du mal à arrêter. Quand j’ai lu les mots addictions et fromages pour la première fois ensemble dans un article, je me suis dit “mais c’est bien sûr” et oui, c’est bien sûr ! Enfin, quand on a arrêté, bof, on n’en fait pas des rêves la nuit, mais il faut passer le cap.
Les fromages d’oléagineux sont un peu mes préférés et la noix de cajou est évidemment un peu la crème de la crème (on reste dans le thème produits laiters), mais j’adore aussi les amandes. En tout cas, bravo pour cet article comme toujours pleiiin d’infos.

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 9 h 56 min

C’est vrai ? Moi c’est étrange, je n’ai eu aucun mal… Mais je crois que c’est parce que j’en mangeais de moins en moins avant même de devenir végétarienne (il faut dire que j’ai découvert le tofu la même année et j’adorais ça !).
Merci beaucoup Miss, c’est gentil comme tout !

Répondre
Carine Phung Van 24 janvier 2014 at 1 h 54 min

Bonsoir Ophélie, super article ! Dis-moi, notre prochain livre de recettes sera justement sur les fromages végétaux et la lactofermentation… Ta recette ici est trop proche de celles que l’on a mais j’avais pensé te proposer : – soit que tu nous laisse utiliser tes photos, sachant qu’elles sont signées – soit tu nous proposes une autre recette de fromage lactofermenté, par exemple avec des ingrédients en plus (mais pas les mêmes que les autres variantes que l’on a déjà…) – les 2 options sont aussi possibles 😉

Cela peut aussi être d’autres recettes avec du lactofermenté et cru…

Merci de ta réponse. Carine (lechoubrave.fr)

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 9 h 51 min

Merci beaucoup Carine,
Peux-tu m’envoyer un message privé ? Nous pourrons plus facilement en discuter… 🙂

Répondre
Jessica Eagle 24 janvier 2014 at 2 h 15 min

Ohhhh wow !!! Quel dossier complet et surtout fort appétissant !!!! Je veux toute les essayer…particulièrement le fermenté et rôti. Miummm !!! Original. Ma foi, ma chère Ophélie, où prends-tu tout ce savoir-faire. Tu sais que tu es incroyable, hein ?! Rien ne semble à ton épreuve. J’adore !!! Et merci, merci de bien vouloir partager tout ça avec nos. On est plus que choyé 🙂 Bises.

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 9 h 50 min

Merci beaucoup Jessica, c’est tellement gentil, tu m’honores !
Tu vas voir, le rôti… oh, je ne t’en dis pas plus ! 😉

Répondre
Stella2b 24 janvier 2014 at 6 h 36 min

Bon, en corse nos chèvres sont bien traitées et vivent dans le maquis, en broutent les herbes, ce qui rend le gout de leur fromage inimitable…mais je vais quand même essayer tes recettes de fromages végétaux qui ont l’air délicieux! Merci et bravo pour cette imagination sans limites!

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 9 h 44 min

Les chèvres laitières sont peut-être bien traitées quand elles sont encore productives, mais il faut savoir que, même dans les petites productions, 1. on insémine artificiellement les chèvres, 2. on est obligé de séparer le chevreau de la mère pour pouvoir prendre son lait, 3. que les chevreaux mâles sont souvent tués très jeunes par manque de rentabilité, et que 4. dès que les chèvres commencent à être moins productives, on les envoie à l’abattoir, où, qu’elles aient été ‘bien’ traitées et aient brouté ou non durant leur vie, elles mourront – et pas de la manière la plus douce…
Sans vouloir te culpabiliser, bien sûr ! J’explique juste un peu la réalité des élevages ‘éthiques’ : à moins d’élever ses chèvres comme on élèverait son chien et son chat, de n’utiliser que le surplus de lait non-consommé par les chevreaux et de ne pas avoir des visées commerciales… il est difficile de concevoir des élevages animaux ‘humains’ : ce n’est pas rentable économiquement !
J’espère en tout cas que mes fromages végétaux te plairont, Stella !

Répondre
Britt (Green Cuisine) 24 janvier 2014 at 6 h 53 min

Bravo Ophélie, tu as ce don de rendre limpides et abordables des recettes qui pourraient rebuter au premier abord. Je n’ai jamais testé les faux-mages des magasins bio. Mais nul doute que je testerai une de tes recettes très vite. Cruel dilemne : par laquelle commencer ? 😉 Un immense merci pour tes articles, éclairants, et toujours positifs.

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 9 h 39 min

Merci beaucoup Britt, c’est très gentil à toi !
Ah, par lequel commencer ?.. Tout dépend de tes goûts ! Si tu aimes les fromages doux et frais, le premier ; si tu aimes les goûts plus prononcés, le deuxième ou troisième ; et si tu es très gourmande, le dernier ! 😉

Répondre
Britt (Green Cuisine) 24 janvier 2014 at 17 h 16 min

Merci pour ta réponse Ophélie. Moi gourmande ??? Meuh non 😉 Donc je commencerai… par le dernier 😉 Et te tiendrai au courant quand ça sera fait 🙂

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 17 h 19 min

C’est celui que je préfère aussi ! 😉

Répondre
lili 10 février 2014 at 11 h 31 min

Hello !
Je me permets de poster ici car étant invitée chez Britt hier soir pour l’apéro, j’ai eu la chance de goûter au fromage rôti, un vrai régal !!! Bravo pour la recette et merci à Britt de l’avoir réalisée ! 🙂 Bisous bisous xx

Antigone XXI 10 février 2014 at 11 h 37 min

OH, ça me fait super plaisir, Lili !
Merci beaucoup à vous deux, la cuisinière comme la goûteuse ! 😉

Japanese Pink 24 janvier 2014 at 7 h 06 min

Aha ! Je savais bien que c’était trop difficile de se passer de fromage pour qu’il n’y ait rien de louche là-dessous.
Ça fait longtemps que j’ai coupé tous les autres produits laitiers, ne restait que le fromage qui m’empêchait de passer complètement le cap de vivre sans lait ! J’ai vraiment hâte d’essayer tes recettes, ça a l’air merveilleusement délicieux.

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 9 h 38 min

C’est souvent le cas, rassure-toi !
Mais c’est d’autant mieux d’arrêter le fromage qu’il n’est d’ailleurs même pas végétarien : la plupart des fromages contiennent de la présure animale, extraite de l’un des estomac des jeunes veaux… qu’il faut bien sûr tuer pour pouvoir s’en procurer. 🙁

Répondre
Japanese Pink 2 février 2014 at 9 h 24 min

Bon, depuis mon commentaire, j’ai arrêté le fromage ! Je dirais que le plus difficile, c’est de résister à la tentation d’en mettre sur les pâtes… Mais je tiens bon pour le moment ! Merci d’avoir écrit cet article, c’est la motivation dont j’avais besoin pour arrêter ça 🙂

Je viens d’essayer le fromage frais de cajou, qui est franchement pas mal du tout ! Par contre le jus d’un demi-citron je trouve ça un tout petit peu trop acide personnellement, mais c’est très bon tout de même. Demain je tente le rôti, et il va falloir que je trouve où acheter du miso brun et de la levure maltée à Montréal pour les autres… Je crois que tu viens de remplacer une addiction par une autre, je ne sais pas si c’était une si bonne idée au final :p

Répondre
Antigone XXI 2 février 2014 at 9 h 29 min

Ha ha, oui, mais il y a les bonnes addictions ! 😀
Sans rire, je suis ravie de lire que tu as arrêté les fromages et que tu te sois mise aux fromages de cajou ! Mets moins de citron, bien sûr, c’est à adapter selon ses goûts : d’ailleurs, parfois je n’en mets que quelques gouttes, parfois un citron entier, cela dépend de mes envies !

Répondre
Coraline 24 janvier 2014 at 7 h 52 min

Merci Ophélie,
J’ai arrêté les produits laitiers il y a déjà quelques mois et ils me manquent souvent ces satanés fromages. Tes recettes sont plus que tentantes, je vais presque regretter de ne pas avoir de four pour le fauxmage rôti. Je vais tenter ça très vite et je te dirais le résultat.

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 9 h 36 min

Courage ! Tu vas voir, bientôt, tu n’en auras plus du tout envie !
J’espère en tout cas que ça te plaira, et sinon, pour la transition, on trouve aussi de bons fromages vg dans le commerce (Vegusto, je pense à toi !) 😉

Répondre
valluz 24 janvier 2014 at 8 h 12 min

Grande fan de fromage, j’ai en effet beaucoup de mal à m’en passer … Alors, je sens que je vais jouer à la fromagère ce WE ! Ca a l’air facile (très bien expliqué) et super bon (jolies photos) ! Merci !

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 9 h 35 min

J’espère que cela te plaira, Valluz !

Répondre
Bruxelles*Vega 24 janvier 2014 at 8 h 30 min

J’ai toujours été intimidée par le fait de faire des fromages végétaux, mais je sens que je vais bientôt me lancer: le dernier fait trop envie!
Merci pour ces recettes et ces photos toujours aussi belles.

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 9 h 35 min

Et bien voilà, plus d’excuse ! Sans rire, c’est vraiment très facile, j’ai réalisé les 4 en moins d’1/2h… c’est le mixer qui fait tout le travail !.. 😉
Merci beaucoup à toi.

Répondre
Noix de Coco 24 janvier 2014 at 8 h 31 min

Hummmm c’est très appétissant tout ça!!! J’ai hâte d’essayer!!! Merci pour ces superbes recettes 🙂
les photos sot tjrs magnifiques 😉

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 9 h 34 min

Merci beaucoup Noix de Coco, c’est très gentil !
(ton petit nom me fait toujours sourire ! 😉 )

Répondre
maryline 24 janvier 2014 at 8 h 55 min

Super 🙂 Je n’ai aucun mérite à me passer du fromage, car je n’ai jamais trop aimé ça (française moi ?!)
Je dois passer au magasin bio ce matin, je vais refaire le plein de cajou (qui ont disparu dans le lait délicieux que j’ai réalisé grâce à ta recette) et je vais ensuite me lancer dans la réalisation d’un de ces fromages qui ont l’air vraiment fameux et tout à fait adaptés pour les moins “forts” à mes goûts de végétarienne. Le plus difficile pour moi aura été de supprimer complètement le lait et les yaourths dont je raffolais.
Mais en lisant tes articles je suis encore plus heureuse de l’avoir fait et d’avoir supprimé de mon alimentation cette addiction en effet 😉
On éduque son palais à de nouvelles saveurs … qui deviennent parfois à leur tour addictives, et la cajou est si bonne qu’on peut en effet se demander ce qu’elle contient exactement 🙂
Merci Antigone pour cet article et tes recettes qui ont l’air d’être aussi simples à réaliser, que celles des laits et crèmes et qui vont certainement se révéler aussi savoureuses !
Ce matin, je me suis régalée d’un parfait apple pie quinoa et la rééducation de mon palais se fait sans problème 😉 Au contraire ! C’est un pur délice, une tuerie comme je le dis parfois … mais d’un brownie, pas d’un petit déjeuner 😉
A très bientôt après réalisation des fromages donc ! Bonne journée 🙂

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 10 h 17 min

Merci beaucoup Maryline !
Oui, tu vas voir, c’est aussi simple que le lait, ces recettes-là !
Je suis ravie d’ailleurs que mon lait de cajou t’ait plu, et que tu aies aimé également mon parfait au quinoa, youpi ! 😉
Bonne journée à toi !

Répondre
Stephanie 24 janvier 2014 at 9 h 03 min

Bonjour, C’est la première fois que je laisse un commentaire même si ça fait déjà quelques temps que je suis votre blog et j’aime vraiment beaucoup.
J’ai fait le liquide vaisselle que j’utilise tous les jours et j’essaie depuis env. 2 mois de moins me laver les cheveux (et aujourd’hui j’en suis à mon 4ème jour sans lavage, c’est la première fois que j’arrive à aller aussi loin – yes!!!).
J’ai 2 questions par rapport aux faux mages : est-ce que le psyllium à la place de l’agar agar, ça pourrait aller?
Sur quoi on tartine nos faux mages? Car j’essaie de ne plus manger de pain, mais dès que je fais un truc à tartiner (tartare d’algues par ex.), le pain me manque.
Bonne journée.

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 9 h 33 min

Bonjour Stéphanie et merci beaucoup de ton premier commentaire alors !
Pour ce qui est du psyllium, je n’ai jamais essayé dans une recette de fromage, mais je l’avais fait pour du yaourt. Je t’avoue que je déteste la texture obtenue… euh, ça me fait un peu penser à de la morve, mais bon, passons ! Tu peux essayer, je ne garantis rien : ça épaissira en tout cas, mais pas au point de pouvoir lui donner une forme stable je dirais, comme ici avec l’agar. Sinon, mieux vaut l’égoutter dans une étamine : en perdant de l’eau, le fromage se tiendra bien, même s’il sera un peu plus friable.
Pour les tartines… J’utilise du pain, sans honte et sans complexe ! Je ne suis pas crudivore, alors je me fais plaisir avec un bon pain maison ou un savoureux pain au levain comme les Allemands savent les faire… Sinon, ces fromages sont délicieux avec des bâtons de carotte, des lamelles de chou-rave, des fleurs de chou-fleur, en wraps dans des feuilles de blette… Le choix ne manque pas ! 😉

Répondre
Meoskay 19 août 2014 at 11 h 11 min

Tu as tenté le pain essène ? (je vais tenter d’en faire un dès demain… ^^)

Répondre
Anna (La cuisine d'Anna et Olivia) 24 janvier 2014 at 9 h 14 min

Encore un super article !! Et puis en plus tu me fais déculpabiliser avec le fromage… en fait c’est pas d’ma faute si j’arrive pas à arrêter le fromage 😛 , j’suis droguée !!! lol
Mais bon j’essaye, j’essaye…
Et faudrait p’t-être que je me lance (enfin) à faire mes fromages vg. En plus j’ai tout ce qu’il faut, donc va falloir se lancer !!
Bonne journée Ophélie !

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 9 h 29 min

Merci beaucoup Anna !
Mais oui, ce n’est pas de ta faute… il suffit juste de se sevrer ! 😉

Répondre
Sandrine 24 janvier 2014 at 9 h 44 min

Super article ! Bravo ! Je suis aussi une accro au fromage, j’en mange trèèèès souvent mais je sais que ce n’est pas bien pour les animaux, la planète… Je vais tester tes recettes. Alors un grand merci pour ces idées. Par contre, je me demande, si on supprime tous les produits laitiers, où peut on trouver du calcium ? Et aussi, par quoi tu remplaces l’émmental rapé dans les pâtes ? Merci 🙂

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 9 h 48 min

Bonjour Sandrine,
Pour le mythe du calcium et des produits laitiers, je t’invite à aller lire mon article sur l’ostéoporose !
Tu y trouveras la réponse à la question : les produits laitiers sont-ils de bonnes sources de calcium ? Tu y trouveras aussi toutes les sources de calcium végétales, ainsi que les astuces pour bien assimiler celui-ci !
Pour le fromage râpé, encore d’autres recettes qui viendront… 😉 Sinon, en magasin bio (ou commerce casher), il est de plus en plus facile de trouver du fromage végétal râpé !

Répondre
rue des mures 24 janvier 2014 at 10 h 08 min

merci de m’avoir éclairée! je me doutais bien qu’il y avait un truc louche avec les fromages! je comprends mieux. et bien, je vais tenter le sevrage et tester ces merveilleuses recettes alléchantes!

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 10 h 11 min

Je t’en prie !
Tous mes encouragements, surtout ! 😉

Répondre
Bambi 24 janvier 2014 at 11 h 00 min

Super article!!! Merci pour toutes ces infos. Très contente d’avoir découvert ton blog grace à Twitter 🙂

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 11 h 13 min

Je t’en prie, merci à toi !

Répondre
Zahia 24 janvier 2014 at 11 h 01 min

Ah, le fromage ! C’est bien vrai que sans lui je serais déjà vegan chez moi. (Quand on va manger chez les autres, c’est quand même plus compliqué. Difficile de faire comprendre qu’on peut aussi cuisiner des plats végétariens sans oeufs et san lait de vache…)
Mais bon, je crois que je suis pas prête de me sortir de mon addiction, vu que ma fille et mon mari en sont fan eux aussi ! Dur de résister quand on a devant ses yeux un plateau plein de fromages…
J’essaie de les remplacer par des fromages végétaux quand c’est possible, mais entre la difficulté pour en trouver, le manque de variété (si on ne veut pas se cantonner au fromage à tartiner il faut bien avouer qu’il n’y a pas un grand choix dans le commerce !), et la flemme d’en faire moi-même régulièrement…

Sinon, pour la recette la plus simplissime de fromage frais végétal : Mélanger du yaourt végétal avec un peu de jus de citron et de sel (et autres ingrédients au choix : herbes, poivre…), et laisser égouter dans une étamine. A la fin on peut presser un peu si on veut un fromage plus ferme. C’est vraiment ultra facile, et ça ressemble à s’y méprendre à du fromage frais type St Moret. Parfait pour faire un cheese cake, mais il faut alors beaucoup de yaourts !

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 11 h 18 min

Difficile de résister au plateau de fromages ? Je t’assure qu’une fois sevré, ça marche sans difficulté !
Même si je n’étais pas végane par éthique, il faudrait me payer pour goûter ces petits tas bien moisis et à l’odeur très étrange… D’ailleurs, pour les étrangers, s’habituer aux fromages français est toute une épreuve ! Je me souviens d’une fois où je n’étais pas du tout vg, être entrée dans un resto à fondue avec la famille de mon ex-copain, non-française : en bonne habituée, j’étais la seule à trouver l’odeur délicieuse ! Eux trouvaient ça horrible… un peu comme de l’urine faisandée !.. 😉

Et merci pour ta recette de yaourt égouttée ! Je fais d’une façon assez similaire un yaourt ‘grec’ ou fromage blanc type labneh, c’est délicieux !

Répondre
Gala 24 janvier 2014 at 11 h 33 min

J’ai encore du mal à me passer de fromage… Mais depuis que j’ai décidé d’arrêter, bizarrement, je commence à être un peu écoeurée par certains. J’ai des noix de cajou dans mes placards, je teste une de tes recettes aujourd’hui ! J’espère que ça m’aidera encore plus dans mon sevrage ! Merci pour ces superbes recettes et pour ton blog … Je ne me lasse pas de le parcourir, une petite merveille ! Bisous !

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 11 h 36 min

Oh, je t’en prie, merci à toi, Gala !
Dégoûtée par certains fromages ? Tu es en bonne voie ! 😉

Répondre
sophie 24 janvier 2014 at 12 h 06 min

Super photos et recettes…. je fais de temps en temps, moi aussi des fromages de cajou. Je mets l’équivalent d’un c à c de probiotiques (acheté en pharmacie) et je laisse fermenter puis égoutter. Une fois égoutté, j’ajoute de la levure alimentaire, un peu de citron, et le parfum au choix – thym, carvi, fenouil, ciboulette etc…. je le mets en forme dans un cercle en inox, un tour au frigo et cela peut rester bien plus de 5 jours…. j’ai résisté une fois 3 semaines et le fromage s’affine…. il ne moisit pas, grâce aux vertus des probiotiques. Assez curieusement même la ciboulette fraiche dont j’avais enrobé le dernier, a résisté 3 semaines sans pâlir ! le plus on attend, le plus le fromage durci et prend goût ! le plus dur est d’attendre… je n’ai encore jamais testé avec les noix de macadamia.. un peu trop cher ! As tu essayé et est ce très différent ?
Au plaisir de te lire….
Sophie

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 12 h 16 min

Oui, tu as raison, un fromage fermenté peut se conserver plus longtemps ! Et son goût devient de plus en plus intéressant avec le temps… 😉
Je n’ai jamais essayé de faire des fromages de macadamia : trop loin, trop cher… A choisir du pas-local, je préfère le moins coûteux ! Même chose pour l’huile de macadamia, je n’en achète jamais… Mais j’aimerais bien, un jour, goûter à un fromage de macadamia, ce doit être drôlement bon !

Répondre
ohalmonds 24 janvier 2014 at 12 h 33 min

Je n’ai jamais ressenti le besoin de remplacer le fromage par quoi que ce soit (j’ai essayé le fauxmage industriel une fois par curiosité: immonde!) mais ce fromage corsé me tente, malheureusement je n’utilise pas de levure maltée (je n’ai jamais compris si étant cœliaque, je pouvais en manger, d’ailleurs si quelqu’un a la réponse!!), est-ce qu’il aurait le même goût sans?
En tout cas, je suis totalement d’accord avec le caractère addictif du fromage, j’ai beaucoup d’amis qui ne “passent pas le cap végétalien” à cause du fromage et qui d’ailleurs, se nourrissent, à mon humble avis, trop de fromage pour “compenser” la viande, c’est dommage, il y a tant d’autres nourritures à explorer dans ce merveilleux monde végétal! 🙂

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 12 h 50 min

Je suis complètement d’accord avec toi : arrêter la viande signifie pour beaucoup compenser par les œufs et les produits laitiers, au détriment d’une foule d’aliments végétaux à découvrir !
Pour les fromages vg du commerce, j’ai pensé comme toi au départ (il faut dire que j’avais goûté d’horribles tranches de ‘cheddar’ sans goût), mais il y a quand même du choix, et j’aime bien, de temps à autre, du tofu lacto-fermenté à tartiner (Sojami) ou une petite tranche de Végusto… mais je reste addict à mes préparations maison ! A dire vrai, étant donné que le fromage ne me manque pas non plus, je n’en fait pas si souvent que cela : c’est plutôt pour les repas de fêtes, histoire d’avoir un plateau de fromages qui permettent à mes invités de garder certains repères, ou bien juste pour des sauces pour mes pâtes, ou pour mon chéri qui aime bien tout ce qui est fort et fermenté ! 😉

Pour la levure maltée, ce n’est pas simple… En théorie, ses traces de gluten y sont infimes. Il s’agit d’une levure cultivée à base de mélasse de betterave. Elle contient en revanche du malt d’orge : celui-ci est germé et fermenté, or la germination et la fermentation diminuent considérablement les traces de gluten puisque les protéines du gluten sont ainsi ‘prédigérées’ (découpées par les enzymes) durant l’hydrolyse. Donc, les infimes traces de gluten contenues dans la levure maltée sont souvent parfaitement tolérés par les personnes sensibles au gluten. En revanche, je pense qu’il n’en est pas de même pour les cœliaques. Il faudrait savoir, par exemple, si tu peux boire de la bière ou autre… Si tu réagis fortement, alors mieux vaut éviter la levure maltée… ou bien en trouver une cultivée à partir d’un autre malt, comme le millet ou le riz… Peut-être que ça se fait aux US ?
Mais tu vois, j’ai l’impression que c’est ambigu, puisque j’ai déjà lu ailleurs à plusieurs reprises que la levure de bière était sans gluten…

Répondre
Migmoug 24 janvier 2014 at 13 h 32 min

Aaaah! Merci!
J’ai testé cette semaine tes crèmes fraîches, mixées à des olives, herbes de Provence et tomates séchées, sur des légumes vapeur… excellent!
Et maintenant des fromages? Allez, je repars au magasin acheter des noix de cajou pour tester!

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 13 h 35 min

Mmm… rien qu’à lire la description de tes crèmes (olives/herbes/tomates !), je fonds !
Il faut vite que j’essaie ! 😉

Répondre
Philomène 24 janvier 2014 at 14 h 20 min

MERCI! Je vais tester!
Je voulais juste ajouter mon petit grain de sel: étant intolérante au gluten et à la caséine, j’ai, pendant un temps beaucoup compensé par le soja, et c’est ainsi que j’ai appris par ma gynéco bien aimée que c’était un “oestrogen like”, c’est à dire que ça peut créer des conflits d’intérêts avec nos propres petites hormones qui ne comprennent plus bien ce qu’il se passe: c’est pour ça que c’est recommandé pour les femmes à la ménopause, mais que pour les enfants, ado, et jeunes adultes, hommes…prudence prudence.

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 15 h 07 min

Alors, pour le soja et les phytoestrogènes, c’est un peu plus compliqué que cela… 😉

Le soja, de par les isoflovanes qu’il contient, a justement un effet bénéfique et protecteur pour la santé : les phytoestrogènes du soja, parmi lesquelles la génistéine, ont la capacité de bloquer l’activité d’enzymes impliquées dans la prolifération des cellules tumorales et de réduire la réponse aux hormones (et donc la capacité de celles-ci à stimuler la croissance des cellules tumorales). Le soja a donc un effet de prévention majeur contre les cancers hormono-dépendants, illustré d’ailleurs par la différence d’incidence de cancers du sein en Asie et en Occident… Les Japonaises, grandes consommatrices de soja dès un jeune âge, sont beaucoup moins touchées par ce type de cancer. Même chose, chez les hommes, pour les cancers de la prostate : une étude chez des adventistes aux US a d’ailleurs montré que la consommation chaque jour d’au moins 1 verre de lait de soja menait à une réduction de 70% de ce type de cancer !

En fait, s’il y a controverse autour du soja, c’est dans deux cas précis : la ménopause et les cancers du sein, comme je le disais. Dans le premier cas, à la ménopause, on donne souvent aux femmes une thérapie hormono-substitutive, notamment à base d’isoflavones de soja : cette thérapie augmente le risque de cancer du sein car, d’une part, on donne brutalement à des femmes qui n’y ont pas été habituées depuis l’enfance une dose massive d’isoflavones, et, d’autre part, ce sont des doses d’isoflavones hyper-concentrées qui, comme n’importe quelle hormone, sont susceptibles d’induire une trop grande réponse des tissus lorsque présentes à des taux trop élevés – d’où le risque posé par ce traitement.
D’autre part, dans le cas de femmes ayant ou ayant eu un cancer du sein, dépendants des œstrogènes, une fois de plus, des suppléments enrichis d’isoflavones peuvent induire une croissance tumorale – risque non-posé par la consommation à petite dose de soja sous sa forme naturelle.

Bref, pour conclure, moins de cancers hormono-dépendants en Asie qu’en Occident : ceci serait principalement dû à la consommation de produits à base de soja, surtout si cette consommation débute à un âge pré-pubère. Attention cependant à ne pas consommer de suppléments à base de soja, mais le soja sous sa forme entière (fèves, tempeh, miso, etc.)

Répondre
Philomène 24 janvier 2014 at 18 h 13 min

ah ben merci!
Je n’avais pas toutes ces précisions…
Bon de toutes façons, je vais me mettre au lait et au fromage de cajou;-)
Bon WE, continue, c’est génial tout ce que tu fais!

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 18 h 20 min

Je t’en prie ! (j’ai un peu beaucoup développé ! 😉 )
En tout cas, j’espère que tu aimeras !

Répondre
yasmina 24 janvier 2014 at 14 h 27 min

EXTRA!!!!Un grand merci Ophélie!!!!Grâce à toi je suis devenue végétalienne depuis cet automne!!!Que du bon dans cette initiative!!!Je faisais mon fromage à base de yaourt végétal, mais j’ai arrêté car il “manquait” un petit quelque chose.Mais là c’est une tentation trop forte !!! Comme toujours tes articles sont au TOP!!! Bonne journée !!!!

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 14 h 46 min

Je t’en prie, Yasmina !
j’espère que mes idées d’inspireront et te plairont !

Répondre
Lydie 24 janvier 2014 at 14 h 36 min

Un article bien complet ! Merci
Bises

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 14 h 46 min

Merci beaucoup Lydie !

Répondre
marietc 24 janvier 2014 at 14 h 37 min

mes enfants me réclament une pizza… lequel serait le plus adapté ?

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 14 h 45 min

Tout dépend de l’effet recherché !
Pour des ‘fils’, passez votre chemin, il faudra une autre recette. Pour une imitation mozzarella, le premier peut être recommandé (avec un peu d’agar pour y couper des tranches) ; pour un fromage au goût plus prononcé, je dirais le deuxième ou le troisième !

Répondre
Meoskay 11 novembre 2014 at 14 h 41 min

Alors moi j’ai plusieurs “recettes”.
1) Pour la mozza, la vegazella/vegarella (il y a plusieurs recettes différentes sur internet, mais en gros, de la v-crème + de l’agar-agar + de l’huile de coco neutre en goût). Ca fond légèrement sur la pizza.
2) Pour le fromage dessus : un yaourt soja + levure maltée (1 ou 2 cuillère, fonction du goût). Ca ne file pas mais le goût est top !
3) Il en existe une que je n’ai jamais testée, qui ferait des fils… (le rêve absolu). Je l’ai trouvée dans le livre de Péan, à base de Natto, mais je n’en ai pas (dès que j’en ai…). Si quelqu’un en a, je serai ravi d’échanger la recette contre le résultat :p

Répondre
céline 24 janvier 2014 at 14 h 38 min

Un grand merci pour ce super article ! J’ai justement tenté l’expérience et mon fromage fermenté est au frigo avant dégustation ! J’ai procédé comme toi pour les noix de cajou ensuite j’ai rajouté l’eau et du miso blanc mais pas de citron, j’en rajouterais la prochaine fois pour voir ce que ça peut donner, et après j’ai laisser 48 h dans une étamine car je n’avais pas trop de source de chaleur à disposition mis à part le soleil en journée. Selon toi, je pourrais le faire fermenter au four chaud éteint pendant 1 h ? ou yaourtière pendant 2 h ?
Après, j’ai fait moitié roulé dans du curcuma et l’autre avec des herbes fraiches ! J’attends de gouter ! Ca fait tellement longtemps que je ne mange plus de fromage que j’en ai oublié le goût !
Merci encore et belle journée à toi

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 15 h 09 min

Oh, ce doit être bon ce fromage !
Miso blanc, oui, ça donnera un goût tout doux et légèrement sucré… Sinon, 48h, oui, il sera bien fermenté (ça marche aussi à l’air libre, surtout s’il ne fait pas trop froid). Tu peux aussi opter pour le four : enrobe bien ton fromages de tissus ou bien fais un bain-marie pour qu’il n’y ait pas trop de déperdition de chaleur et tu pourras alors le laisser fermenter plusieurs heures durant. Sinon, la yaourtière, c’est de loin ce que je préfère ! (2-12h)

Répondre
MARTIN 24 janvier 2014 at 15 h 14 min

Bonjour Antigone XXI,
Je trouve votre blog juste gé-nial!
Je suis naturopathe, j’ai un site, et j’aimerais vraiment sincèrement pouvoir mettre votre lien sur celui-ci.
À bientôt je l’espère!
Muriel

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 15 h 23 min

Merci beaucoup Muriel, c’est très gentil à vous !
Bien sûr, n’hésitez pas à mettre un lien dans votre blog, je suis très touchée !

Répondre
Elokitty 24 janvier 2014 at 16 h 11 min

Ton article est fabuleux !
Je comprend mieux pourquoi en tant que VG depuis 2ans j’ai du mal à me passer de fromage et pourquoi je fais des craquages de fromages énormes…
Merci pour toutes ces recettes je vais pouvoir me lancer !

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 16 h 17 min

Merci à toi, Elokitty !
J’espère que tes prochaines tentatives seront plus fructueuses… ou au moins que tu aimeras mes fromages végétaux ! 😉

Répondre
Ghislaine B 24 janvier 2014 at 16 h 47 min

Merci je vais expérimenter et partager dans mes présentations avec mes clientes de produits Tupperware . Elles vont adorer !

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 17 h 21 min

Oh, quelle bonne idée ! J’espère qu’elles ne seront pas trop déroutées !.. 😉

Répondre
Mamoune Marie 24 janvier 2014 at 17 h 00 min

bonjour Antigone,
Je suis depuis quelques temps à la recherche d’une nouvelle alimentation après un cancer ovarien et carcinose péritonéale . J’ai depuis quelques soucis digestifs et eczémateux l’alimentation est source de bien des problèmes de santé, je suis très gourmande mais en utilisant des produits bios et élevés dans mon potager , j’aime beaucoup cuisiner et je fais attention à ma ligne!

J’ai surfé sur le net puis j’ai découvert votre blog et quelques-uns en lien, je viens de m’inscrire à votre newsletters car je le trouve très intéressant et instructif .
Bravo pour toutes ces surprenantes recettes qui vont me rendre la vie plus agréable.

Bien amicalement.
Mamoune

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 17 h 24 min

Bonjour Mamoune et bienvenue ici !
Merci beaucoup de votre message, qui m’a beaucoup touchée.
J’espère que vous trouverez sur mon blog de quoi vous inspirer et vous simplifier la vie au quotidien… Se lancer dans une nouvelle alimentation n’est pas chose aisée, alors je vous envoie tous mes encouragements !
Si vous avez la moindre question ou un besoin d’informations, n’hésitez surtout pas !
A bientôt !

Répondre
Mnêmosunê 24 janvier 2014 at 18 h 12 min

Bon, ça fait plusieurs fois que je me pose la question, et là il faut que je demande.
C’est quoi la levure maltée ? Ça se trouve sous quelle forme ? A quoi ça sert ? Et comment on l’utilise ?
Sinon, je suis bien contente d’avoir compris pourquoi je pouvais avoir des envies de fromage tonitruantes (comme celles de chocolat). j’essaierai bientôt ces recettes, merci 🙂

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 18 h 25 min

Alors, le plus important d’abord… la levure maltée, c’est super bon !
La levure maltée, ou levure de bière, désigne en fait un type de champignons microscopiques obtenus à base de mélasse de betterave et d’orge. Dit comme cela, ça n’a pas l’air tip-top, mais je te l’assure, c’est délicieux !
C’est très riche en vitamines B, protéines et minéraux, et elle est surtout intéressante pour son goût, entre la noix et le fromage (selon les marques et types de levure, certaines sont plus douces que d’autres). C’est un condiment qui se présente sous forme de paillettes, dont on saupoudre les plats, parfume les fromages végétaux, etc.
Donc, on retient : c’est bon pour la santé, c’est bon pour les papilles, et ça remplace très bien le goût du fromage dans tout un tas de préparations végétales… donc, on fonce ! 😉

Répondre
Lu Végé Tartine 24 janvier 2014 at 19 h 14 min

Allez, dès que je rentre, je me mets à tes fromages, ça m’aidera peut-être à passer le difficile cap du fromage pour devenir une végétalienne à part entière ! =)

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 19 h 16 min

Courage ! Ça va marcher ! 😉

Répondre
Agathe 24 janvier 2014 at 19 h 54 min

A la lecture du précédent article j’avais fait tremper le reste de mes noix de cajou (75 g) et je n’ai pas suivi ta recette mais une de Virginie Péan dans Veggie Burger pour une béarnaise. C’était plutôt bon, même si je sens que mon mixeur a du mal (les morceaux partent partout sauf là où il y a la lame !).
Dès que je refais le plein de noix je tente, j’essaye de me limiter mais le fromage fait toujours partie de mon alimentation, et j’ai fait l’erreur il y a plusieurs années de faire découvrir cela à mon amoureux qui n’était pas plus fan que cela, donc maintenant c’est lui qui réclame son étape fromage (ceci étant je ne suis pas obligée d’en manger).

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 20 h 29 min

Ah, 75 g. pour un mixer de taille ‘normale’, c’est un peu difficile : à moins d’avoir un petit appareil, idéal pour les petites quantités, mieux vaut doubler les proportions pour être sûr que ça ne mouline pas.
Je ne connais pas cette recette de Virginie Péan, et pourtant, j’ai son livre – honte à moi ! Je file me rattraper ! 😉

Répondre
Petit Bourgeon 24 janvier 2014 at 21 h 48 min

Tu lis dans mes pensées ! Celles d’une mère d’enfant intolérant aux PLV, et à 16 mois, il veut partager nos repas entiers, ce qui est bien compréhensible.
Je sais maintenant pourquoi j’ai du mal à envisager d’arrêter le fromage, mais grâce à tes explications ça pourrait venir un jour, en tous cas, la porte m’est désormais ouverte pour en fabriquer qui soient sans danger pour mon fils.
Je vote pour ton blog d’utilité publique !

Répondre
Antigone XXI 24 janvier 2014 at 22 h 15 min

Et bien voilà, vous allez maintenant tous pouvoir vous mettre aux fromages végétaux, dans la joie et la bonne humeur ! 😉
Merci beaucoup Petit Bourgeon !

Répondre
isablablas 24 janvier 2014 at 22 h 53 min

Bonsoir, ça y est j’ai testé le lait au noix de cajou et c’est très bon mais je n’ai pas un super matos car même pas une bouteille en verre, j’ai du le transvaser après mixage dans un verre mesureur mais zut le lendemain tout était retombé au fond! Bref je débute et ça se voit haha! en tout cas j’attendais avec impatience tes recettes et ton fromage rôti me tente car moi aussi je suis addict au fromage (et au chocolat)! Je ne suis pas vg mais j’ai laissé le lait de vache pour le lait de soja, la crème fraîche au profit du soja cuisine, mes yaourts par les sojasun alors ça vient petit à petit! Par contre le reste de ma famille ne veut pas en entendre parler alors je suis pressée de les bluffer avec ces fauxmages! Bizous et merci encore pour ces recettes!!!

Répondre
Antigone XXI 25 janvier 2014 at 8 h 51 min

Oh, ce n’est pas grave s’il y a des dépôts au fond (à condition qu’ils soient très fins, bien sûr) : la décantation est un processus naturel. Il suffit alors de bien secouer la bouteille avant chaque consommation, et le problème ne se pose plus !
Moi aussi je suis addict au chocolat !.. Et au sel… j’essaie de plus en plus de m’en passer, pas facile ! 😉

Répondre
Natasha Harlé 24 janvier 2014 at 23 h 37 min

Ah ! des recettes simples et faciles à réaliser. Je vais les essayer rapidement pour moi mais aussi pour mon homme qui a bien du mal à se passer des fromages ! J’espère qu’il y trouvera son compte et qu’il ne désirera plus manger du fromage laitier…
Merci pour ces belles explications 😉

Répondre
Antigone XXI 25 janvier 2014 at 8 h 45 min

La transition ne sera peut-être pas immédiate, mais j’espère que tous deux aimerez, Natasha !

Répondre
Vinciane 25 janvier 2014 at 6 h 41 min

J’avais préparé à Noël des petits toasts de fromage végétal. Mes petits-enfants ont adoré et ma belle-fille était enchantée d’avoir trouvé un moyen de leur faire manger des noix! Pour un peu relever le goût du fromage j’avais ajouté de la pâte d’umébosi. Grand merci pour ces recettes, trucs et astuces pour rendre ces fromages encore meilleurs.

Répondre
Antigone XXI 25 janvier 2014 at 8 h 43 min

Oh, tiens, j’ai justement de la purée d’umebosis dans mon frigo… il faudrait que je me décide à l’utiliser !
Je vais essayer dans les fromages végétaux, quelle bonne idée, merci Vinciane !

Répondre
fred 25 janvier 2014 at 8 h 33 min

si le fromage n’est pas bon pour la santé, il faudra alors utilisé d’autre nom que fromage, crème, ou lait!!!! même végétale

Répondre
Antigone XXI 25 janvier 2014 at 8 h 49 min

Je ne dois pas avoir beaucoup d’inspiration, mais j’avoue qu’inventer des nouveaux noms sans racines particulières, j’ai un peu de mal.
Si ces préparations végétales ont la texture et l’allure du fromage, de la crème et du lait, et qu’elles s’utilisent de la même manière, quel mal y a-t-il à les appeler fromages, crèmes et laits végétaux ?
Je suis contre l’appellation de ‘fauxmages’, car pour moi, ce ne sont pas des ‘faux’ fromages, mais bel et bien un aliment différent, les fromages végétaux !
Et je suis également opposée à l’appellation de ‘jus’ végétal pour désigner les laits de soja, amande ou avoine, car c’est un terme qui a été adopté en raison des pressions imposées par l’industrie agro-alimentaire qui refusait que des ‘laits’ végétaux puissent concurrencer son lait de vache. Je trouve également que le terme de ‘lait’ est plus approprié puisqu’on utilise les laits végétaux de la même manière que les laits animaux, et non que les jus de fruits… ce qui sème la confusion dans l’esprit des gens.

Répondre
Meoskay 11 novembre 2014 at 14 h 51 min

Si je puis me permettre (arriverai-je à ne pas le faire…). Je suis tout à fait d’accord avec Antigone : trouver de nouveaux noms pour ce qui existe déjà, c’est NON ! 😀
Par contre les utiliser à mauvais escient, non plus. Après plusieurs recherches (eh ! oui, je sors de ma cuisine de temps à autres, mais la tablette m’aide à ne pas trop le faire, je vous rassure…), j’ai lu que fromage signifie “fait dans une forme”, c’est devenu ensuite une préparation à base de lait (et on ajoute le type de lait si ce n’est pas “vache”, par défaut…). C’est d’ailleurs pour ça qu’on parle de “fromage de tête” et non de “pâté de tête” (amis omni, bonjour ^^). En Europe, on a pas (encore) le droit de parler de fromage, il faut parler de “fromage analogue”. Alors ok, pour la vente, on repassera, mais je pense qu’à terme, “fromage de soja”, “fromage de chèvre”, “fromage de bouquetin rance” ou encore “fromage de cajou”, ont la même valeur (sauf que pour moi, on est plus sur du pâté de cajou que du fromage de cajou, mais je ne veux pas trop entrer dans les détails de ma pensée tortueuse… :p
Nota : pour les obsessionnels, on peut dire “fromage analogue de cajou” : c’est légal ^^

Répondre
loetitiacuisine 25 janvier 2014 at 10 h 01 min

Génial tous ces fromages ! Tu sais comment nous régaler ! Je suis particulièrement intéressée par le rôti ! 😉 Merci ma belle pour toutes ces superbes recettes ! <3

Répondre
Antigone XXI 25 janvier 2014 at 10 h 04 min

Oh oui, tu vas voir, le rôti, c’est quelque chose ! 😉
Merci beaucoup Loetitia !

Répondre
Sarah 25 janvier 2014 at 11 h 49 min

Woaw, merci Antigone XXI pour ce post. Maintenant je comprends pourquoi c’était si dur d’arrêter les produits laitiers (je suis Haut Savoyarde…). J’ai arrêté complètement depuis début janvier et maintenant ça va mieux même si mon fiancé en mange toujours autant. Je suis moins tentée quand je le vois maintenant ! Avant de lire je me disais que pour moi arrêter le fromage devait être aussi dur que certain d’arrêter de fumer, je comprends pourquoi ! Je tenterais bien le fromage rôti. Est ce qu’on retrouve le goût d’un fromage connu avec le fauxmage ?

Répondre
Antigone XXI 25 janvier 2014 at 12 h 16 min

Oui, et si tu regardes la durée nécessaire de sevrage, tu vois que c’est même plus facile d’arrêter de fumer !
Pour les fromages particuliers, je dirais que, dans ceux-ci, tu n’en retrouveras pas un précisément, même si le fromage ‘corsé’ aura des saveurs familières et les frais/fermenté pourront faire penser à des fromages frais de brebis.
Sinon, j’ai fait une recette de ricotta, et j’ai dans mes tiroirs des recettes assez bluffantes de parmesan et de munster ! 😉

Répondre
Sandrine 26 janvier 2014 at 10 h 47 min

Ah la recette de parmesan, je veux bien la connaitre ^^

Répondre
Antigone XXI 26 janvier 2014 at 10 h 52 min

Ah, je viens justement de la donner ! Regarde quelques commentaires plus bas… 😉

Répondre
Pepain 25 janvier 2014 at 12 h 48 min

salut !

que peut on mettre a la place des cajou? ( suis tres allergique…. )
merci !

Répondre
Antigone XXI 25 janvier 2014 at 12 h 57 min

C’est marqué en fin d’article ! 😉

Répondre
pepain 4 janvier 2015 at 16 h 02 min

je n’avais jamais vu ta réponse :/
j’étais désespérer de ne pouvoir jamais réaliser ces recettes sans cajou ! merci m’dame !
en plus ma moman se met aussi aux fromages vegetaux, et elle s’est acheté un des derniers livres sortis sur leur fabrication 🙂
youhou !! ^^

Répondre
1 2 3 7

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :