Louer un van et partir en road-trip en Europe

by Antigone XXI

Voyager en van était un de mes rêves de toujours. Malheureusement, nous n’avons pas de van et si en acheter un fait partie de nos plans futurs, je me disais qu’il serait peut-être bon de faire l’expérience de la vanlife avant de débourser des mille et des cents. Je me doutais que j’aimerais bourlinguer à droite à gauche et dormir à la (presque) belle étoile, mais sait-on jamais, mieux vaut tester avant de regretter.

Nous avons donc décidé de louer un van pour nos vacances d’été. Enfin, été tardif, puisque nous sommes partis dans la seconde moitié de septembre jusqu’à début octobre. Presque trois semaines à bord de Barnabé, notre van aménagé.

Il existe plusieurs sites pour louer des vans en Europe, par entreprise ou de particulier à particulier, et j’ai choisi sans autre critère tout simplement le moins cher (depuis Berlin). Je n’y connais strictement rien en voitures, donc ne parlons même pas des vans, mais pour les intéressé·es, nous avons loué une Fiat Ducato L2H2 2.3 Multijet 130 de 2018, de 5,41 mètres de long pour 2,75 mètres de haut. Autrement dit, un modèle pas si petit que ça ! A l’intérieur, il y avait de la place pour quatre, mais nous avons utilisé les deux fauteuils en rab comme chaises pour la table, et n’avons pas pris les deux couchages superposés en supplément, de sorte à n’avoir qu’une grande banquette à l’arrière pour y dormir à deux. A cela, ajoutons une petite salle-de-bain (avec douche, mini-évier et toilettes chimiques) et une kitchenette (équipée de deux plaques au gaz et d’un frigo de 80L). Et puis, plein de rangements, du chauffage, des lampes de chevet et assez de la place pour glisser une table de jardin et des chaises pliables pour dîner au grand air. Bref, le luxe.

Personnellement, j’ai adoré ce format et la place qu’il offrait, mais le van était parfois difficile à manœuvrer sur les petites routes de montagne et les parkings exigus. Je passerai en détail la fois où nous nous sommes retrouvé·es coincé·es dans une ruelle au beau milieu d’un village tyrolien et qu’une dame pas très gentille a décidé de sortir nous crier dessus dans son plus beau dialecte autrichien parce qu’elle avait peur qu’on écrase ses plantes vertes.

Nous sommes parti·es sans trajet précis en tête, tout au plus une idée des endroits où nous voulions absolument aller et des pays que nous allions traverser. Au mois de septembre, nous étions entre deux vagues de Covid-19 et la deuxième pointait à peine qu’elle commençait déjà pourtant à restreindre les passages de frontière. En à peine trois semaines, deux des pays que nous avions traversés à l’aller, la République Tchèque et l’Autriche, sont passés pour l’essentiel en Risikogebiet, c’est-à-dire en zone à risque. Autrement dit, y mettre les pieds n’était pas interdit, mais à condition de se mettre dix jours en quarantaine en rentrant en Allemagne, ce que nous voulions à tout prix éviter ! Plutôt que repasser par l’Autriche comme prévu, nous sommes donc rentré·es par la Suisse allemande.

La météo a beaucoup influencé notre voyage également. Nous avions prévu de passer une bonne partie de notre séjour dans le Sud-Tyrol et de finir notre voyage à l’aller par Venise avant de remonter vers le nord, mais le mauvais temps dans les montagnes a eu raison de nos plans ! Après deux jours de brouillard, nous avons décidé de faire escale au bord du lac de Garde, puis de descendre jusqu’à la côte méditerranéenne, au niveau des Cinque Terre. Grand bien nous a pris, car nous avons eu le droit à de magnifiques journées ensoleillées et nous sommes même baigné·es !

Au total, nous avons donc traversé cinq pays : l’Allemagne, la République Tchèque, l’Autriche, l’Italie et la Suisse.

Je ne vais pas le cacher plus longuement : j’ai ADORÉ notre voyage en van aménagé ! J’ai aimé ces réveils dans la nature, les randonnées au saut du lit, les journées au grand air, les apéros au coucher du soleil. J’ai aimé la sensation de partir sans programme précis, d’aller où nos roues et nos envies nous mènent, d’être flexibles face aux intempéries. Et, surtout, j’ai aimé partir sans presque rien, avoir besoin de si peu, ce minimalisme forcé et si bienvenu. Je n’ai pas mis les deux-tiers des vêtements que j’avais empaquetés, je me suis plus souvent débarbouillée au lavabo que je n’ai pris de véritable douche, nous avons préparé des dîners simples et réconfortants. Surtout, je n’ai jamais ressenti le manque d’espace, pour la simple et bonne raison qu’en van, on passe l’essentiel de ses journées dehors et, même les (rares) jours de pluie, j’ai aimé me sentir bien au chaud sous la couette tandis que les gouttes d’eau tambourinaient la tôle du toit. Bref, un souvenir impérissable et une aventure qu’il me tarde de réitérer !

Pour la petite anecote, il paraît qu’il y a deux catégories de personnes en van : les bavardes et les solitaires. Ce voyage a confirmé que nous faisions bel et bien partie de la seconde catégorie ! Alors que nous savourions notre tranquillité au fin fond de la campagne tchèque et qu’on n’entendait rien d’autre que les gazouillis des oiseaux et le doux froufrou des blés, un autre van a remonté toute la piste de terre pour venir se garer à côté du nôtre. Nous avons fini dare-dare notre dîner, rallumé les moteurs et roulé une centaine de mètres plus loin, sur l’herbe, jusqu’à ce que l’autre van ne soit plus en vue. Abstand, bitte !

Pour trouver un endroit où dormir, je vous recommande d’ailleurs l’application park4night, qui répertorie tous les endroits où passer la nuit, du parking payant au petit spot sauvage au milieu des champs (notre option préférée !). Cela nous a permis de nous garer dans des endroits absolument magnifiques pour la nuit et de ne pas débourser un sou. Attention, dans certains pays, ceci n’est pas permis.

Je dédierai certainement plusieurs articles à certaines étapes de ce voyage (en particulier, la Suisse saxonne, le Tyrol et les Cinque Terre), mais voici déjà les grandes lignes de notre itinéraire :

🌿 Jours 1 à 3 – Allemagne : Motzener See et Suisse saxonne

Au programme : apprivoiser Barnabé et découvrir les étonnantes formations rocheuses surplombant l’Elbe.

🌿 Jour 4 – République Tchèque : château de Karlštejn et bassin de Prague

Au programme : admirer les magnifiques couchers de soleil sur la campagne tchèque et manger des pommes à même l’arbre.

🌿 Jours 5 et 6 – Autriche : Linz et parc national de Kalkalpen

Au programme : manger de la Linzertorte végane et faire la randonnée la plus effrayante de notre vie dans les Alpes autrichiennes.

🌿 Jours 7 et 8 – Italie : parc naturel des Tre Cime dans le Sud-Tyrol

Au programme : tenter d’apercevoir les pointes des trois cimes, irrémédiablement perdues dans le brouillard.

🌿 Jours 9 à 11 – Italie : lac de Garde

Au programme : se faire dorer au soleil, boire des Aperol Spritz au bord de l’eau et découvrir l’arrière-pays montagneux du lac.

🌿 Jours 12 – Italie : Milan

Au programme : retrouver des amis d’enfance et manger la meilleure pasta aux champignons du monde.

🌿 Jours 13 et 15 – Italie : Cinque Terre

Au programme : randonner d’un village à l’autre, se baigner et même profiter des rares vagues méditerranéennes pour surfer !

🌿 Jours 16 – Italie : lac de Côme

Au programme : marcher le long de la Greenway del Lago di Como, une balade d’une dizaine de kilomètres au milieu des villages et des églises baroques.

🌿 Jours 17 – Suisse et Allemagne : lac de Constance

Au programme : traverser sans trop s’y arrêter la Suisse pour se poser non loin de la charmante petite ville de Lindau et se remémorer notre bon temps à vivre au bord du lac.

🌿 Jours 18 et 19 – Allemagne : château de Neuschwanstein

Au programme : aller voir le château de la Belle au bois dormant, en Bavière, un rêve de plusieurs années !

Et le lendemain, snif, retour à Berlin !

Fin septembre et corona oblige, la plupart de ces étapes étaient vides de touristes, mais certaines accueillaient encore un certain nombre de visiteur·ses, en particulier les Cinque Terre ou le château de Neuschwanstein. Je n’ose imaginer en période estivale ! Nous avons fait très attention partout où nous avons été à respecter les restrictions en vigueur et avons la plupart du temps mangé dans notre van plutôt qu’à l’extérieur. En général, nous avons de toute façon privilégié les étapes rurales ou montagneuses plutôt qu’urbaines. Il faut dire qu’après sept mois enfermée à Berlin, j’avais grand besoin de nature !

J’espère que cet article vous a donné un petit goût de soleil et de grand air au beau milieu de l’hiver (et entre deux confinements…), et que vous appréciez ce type de posts ! N’hésitez pas si vous avez des questions ou souhaitez partager votre expérience, et à bientôt pour la suite de nos aventures en compagnie de Barnabé !

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

20 comments

Christel 18 mars 2021 - 13 h 14 min

Bonjour Ophélie,
Je ne suis pas aussi téméraire que toi mais j’ai adoré ton retour sur ce voyage. J’imagine bien d’autant plus en temps de pandémie le bien fou que de se retrouver en plein air. Les photos sont superbes.

Reply
Antigone XXI 19 mars 2021 - 8 h 05 min

Oui, c’était incroyable, surtout après un été particulièrement travaillé de mon côté. Merci beaucoup de ton commentaire, j’espère que les articles suivant te plairont !

Reply
Maureen 18 mars 2021 - 13 h 48 min

Merci pour ce beau reportage ! Deux questions, t’imaginerais-tu réaliser en van un voyage plus long (2-3 mois)? Et en ce qui concerne la préparation des repas, as-tu ressenti un manque d’espace / d’aliments / d’ustensiles ?

Reply
Antigone XXI 19 mars 2021 - 8 h 11 min

Honnêtement, oui, je me verrais très bien faire un voyage au plus long cours ! Tant que la météo est clémente et qu’il ne fait ni trop froid, ni trop pluvieux, on ne ressent à mon avis pas de manque d’espace car on passe la plupart de son temps à l’extérieur (et même, je dirais qu’on s’habitue à sortir dans des temps plus maussades). Pour ce qui est de la préparation des repas, non, je n’ai pas ressenti de manque particulier. Nous avions pris une poêle, une casserole et un faitout, et cela était bien suffisant pour les plats que nous faisions (qui, là aussi, vont vers plus de simplicité). Il faut s’habituer à bien nettoyer et ranger derrière soi, sinon cela devient vite chaotique (et, de toute façon, tout peut voler avec la conduite, donc gare aux objets qui traînent !). Je recommanderais surtout un frigo de 80L, plus pratique et moins petit qu’un frigo type glacière.

Reply
Agnes 18 mars 2021 - 15 h 35 min

Tres chouette. Ma fille et son copain ont entièrement aménagé un van pour faire un tour d Eurasie. Bon avec le Covid ils sont au Laos depuis 1 an ! Si un jour ça t Interesse ils ont fait in site où ils expliquent tout ce qu’ils ont fait comme aménagement les budgets …

Reply
Théa Oz 18 mars 2021 - 16 h 18 min

Bonjour Agnès, j’aime particulièrement le Laos, ça serait un plaisir de voir leur site, si tu veux bien le partager ?

Reply
Antigone XXI 19 mars 2021 - 8 h 13 min

Oh oui, j’adorerais découvrir leur site !

Reply
Margaux 18 mars 2021 - 15 h 57 min

Bonjour Ophélie,
Serait-ce indiscret de vous demander avec quel outil vous avez créé la jolie carte avec votre itinéraire ?

Reply
Antigone XXI 19 mars 2021 - 8 h 15 min

Bonjour Margaux (j’avais bien reçu votre email et m’apprêtais à y répondre !), j’ai utilisé Photoshop et Canva (version gratuite, en ligne). A mon avis, vous pourriez vous en tirer avec Canva, à condition d’y passer un peu plus de temps et d’apprendre à manier son éventail de possibilités !

Reply
Margaux 19 mars 2021 - 18 h 47 min

Merci !

Reply
Théa Oz 18 mars 2021 - 16 h 19 min

Bonjour Ophélie, quelle joie de voir que tu republies, d’autant plus sur ce sujet.
Ca fait rêver… un jour peut-être !

Reply
Antigone XXI 19 mars 2021 - 8 h 15 min

Oh, merci ! Je suis ravie d’être de retour sur le blog 🙂

Reply
amartinea 18 mars 2021 - 22 h 49 min

Joli voyage , et beau BB ce Barnabé . Je pense que j’aurais aimé un tel périple dans ces conditions . J’ai eu la chance de traverser la France d’Ouest en Est ( et retour ) en conduisant un camping car ( prêté ) 7 mètres de long : mon voisin , fan de camions aménagés , avait admiré ma dextérité à le garer devant la maison pour le charger . Nous étions partis à 4 ( mon ex et nos 2 filles petites , le fiston n’était pas encore là ) à condition de bien stationner , c’était confortable . Ton retour fait très plaisir 🙂

Reply
Antigone XXI 19 mars 2021 - 8 h 18 min

Oh, un camping-car, c’est la catégorie au-dessus ! Je crois que j’aurais un peu peur de manœuvrer une telle bête, bravo à toi ! Est-ce que tu avais ressenti le manque d’espace à quatre, dont des enfants ?

Reply
amartinea 20 mars 2021 - 1 h 20 min

Merci Ophélie ! Alors , non pas du tout , c’était très confortable , mais nous ne sommes pas partis assez longtemps pour nous sentir à l’étroit . Les filles s’étaient bien amusées , et j’en garde un très bon souvenir .

Reply
La Julie Verte 19 mars 2021 - 14 h 57 min

Je suis étonnée que personne ne t’ai posé la question : ça vous a coûté combien ?

Reply
Antigone XXI 20 mars 2021 - 10 h 40 min

Avec l’assurance, c’est assez cher – en tout cas, pour notre budget vacances – (1500€ pour 3 semaines). Mais comme je voulais être sûre d’aimer ce style de voyage avant de regarder du côté des achats de van, ça me paraissait nécessaire d’en louer un au préalable.

Reply
Lily 20 mars 2021 - 18 h 30 min

Oh ça me fait complètement rêver! Super l’info sur l’application pour se garer d’ailleurs.
C’est un budget mais ça doit en valoir la peine 🙂

Reply
Antigone XXI 22 mars 2021 - 12 h 27 min

Oui, cette application est une mine d’or ! On a vraiment passé de belles nuits au calme grâce à elle, dans des campagnes où trouver nous-mêmes un endroit où se garer aurait été très difficile.

Reply
Les Petits Pas de Juls 25 mars 2021 - 21 h 15 min

cette grande balade donne tellement envie ! surtout en ce moment ! merci pour l’évasion intemporelle !

Reply