Comment faire des fromages végétaux : le B.A.-BA

23 janvier 2014

 

Aujourd’hui encore, avec l’Atelier Végétal, je vous entraîne dans un fabuleux monde…

 

Fromages de cajou - Antigone XXI

*

Les produits laitiers, on l’a vu, c’est has been ! Souffrance animale, danger pour la santé, impact écologique… Bref, pas besoin d’en rajouter, on le sait : mieux vaut s’en passer. Je vous avais montré la semaine dernière comment le lait et la crème fraîche de cajou pouvaient parfaitement remplacer leurs équivalents laitiers, et bien maintenant, c’est au tour des fromages.

A votre avis, pourquoi les végétariens ont autant de difficultés à devenir végétalien ?…

Je vous le donne dans le mille, c’est la faute aux fromages !

Plus jeune, je mangeais du fromage à chaque repas. Le plat principal était, déjeuner comme dîner, invariablement suivi du fameux plateau de fromages : cinq ou six bêtes au choix, variant du bleu le plus corsé au reblochon le plus crémeux. Bref, le fromage, c’était une étape obligée de mes journées culinaires et plus il y en avait, mieux c’était. Aujourd’hui et depuis plusieurs années, voir un fromage ne me met pas dans des états seconds. Au mieux, il me laisse indifférente, au pire, son odeur me repousse et ses moisissures me dégoûtent. Bref, le fromage, ce n’est plus pour moi… mais comment ai-je fait pour me libérer ?

*

Fromages de cajou - Antigone XXI

*

Pourquoi est-il difficile d’arrêter le fromage ?

*

Si cela peut rassurer les végétariens en transition, ce n’est pas tant de leur faute s’ils ne parviennent à se passer de fromage… mais celle du fromage lui-même ! C’est ce que les Dr. Lisle et Goldhamer appellent le ‘Pleasure Trap’ / Piège du Plaisir.

En effet, le fromage ferait partie des aliments les plus addictifs qui soient. Quand on parle d’addiction, on pense souvent à la cocaïne, l’alcool ou encore le tabac… Et pourtant, les drogues les plus répandues ne sont pas celles que l’on croit : viande, chocolat, sucre et fromage sont celles auxquelles nous sommes le plus dépendant au quotidien, et si nous sommes aveugles à ce caractère addictif, c’est parce que nous en mangeons tout le temps : l’addiction est en permanence satisfaite.

Mettons que vous vous leviez au beau milieu de la nuit, stressé, vous n’arrivez pas à dormir, vous n’avez qu’une idée fixe : manger. Et pas n’importe quoi : vous avez souvent des cravings pour des bâtons de carotte la nuit ? De la salade verte ? Non plus ?.. Des endives, peut-être ? Toujours pas ?.. Très bien, et si je dis : chocolat ou fromage ? Vous savez, un bon fromage bien fondu, coulant, crémeux, sur des pâtes encore fumantes… Ok, vous voyez que, s’il est difficile d’être accro à la mâche ou au brocoli, on peut l’être sans hésiter à la crème glacée au coulis triple chocolat ou à une pizza géante aux quatre fromages.

Ceci n’est pas étonnant. Selon le Comité américain des Médecins pour une Médecine Responsable (PCRM), le fromage est addictif, au même titre que le tabac ou l’héroïne. En 1981, une étude menée par les Wellcome Research Laboratories a découvert que le lait contiendrait de la morphine. Plus précisément, il contient de la caséine, une protéine qui se divise durant la digestion et génère des opiacées (un type de substance contenu dans l’opium ou ayant un effet similaire), les casomorphines. Selon le PCRM, l’une d’entre elles posséderait un dixième du pouvoir analgésique de la morphine. Remis dans son contexte, cela se comprend : ces substances, contenues dans le lait maternel, ont un effet relaxant et réconfortant pour le nourrisson, et pour conséquence l’attachement du bébé à la tétée.

*

Fromages de cajou - Antigone XXI

*

A forte dose, comme c’est le cas pour le fromage (un verre de lait contient 6 g. de caséine, soit 3 à 5 fois plus pour le fromage), ces substances ont un effet d’addiction bien supérieur. Il n’est donc pas étonnant que l’on ait du mal à se passer de fromage ! La dépendance n’est pas seulement psychologique ou culturelle, mais physiologique. Le PCRM cite même des tests au naloxone, un médicament bloquant les effets de la morphine et utilisé pour le sevrage des drogues dures, au cours desquels les participants traités perdent leur envie de fromage.

D’ailleurs, le fromage contiendrait également une substance chimique similaire aux amphétaminesla phényléthylamine, un stimulant physique et psychique qui donne l’illusion de supprimer la fatigue. La consommation d’amphétamines est ponctuée de ‘descentes’ qui induisent un état de découragement ou de dépression. Notons que cette substance est également contenue dans la viande…

Un remède ?..

Se sevrer ! On dit souvent que, pour devenir végétarien ou végétalien, il faut y aller progressivement… et effectivement, pour se défaire d’une dépendance, mieux vaut y aller en douceur. Diminuez petit à petit votre dose d’addiction quotidienne et laissez ensuite votre organisme faire son travail pour perdre toute dépendance physiologique. Pour l’alcool, il suffit de 7 jours ; pour la nicotine, entre 15 et 21 jours. Et pour le fromage ? Au minimum 3 semaines selon le PCRM ! Donc, le mieux, c’est d’arrêter en douceur et puis de ne pas craquer pendant ce temps…

Moi, je crois que le mieux pour s’en passer sans trop souffrir, c’est de se lancer très vite dans les fromages végétaux ! 

*

 Fromages de cajou - Antigone XXI

*

Je vous avais déjà présenté un petit fromage vite fait bien fait, ma ricotta végétale, à base de lait de soja, et c’est au tour maintenant des fromages de cajou ! Vous allez, voir, comme pour mes recettes de laits et crèmes, c’est ultra facile.

Mon but ici est de vous apprendre à faire vos propres fromages de cajou (ou d’autres oléagineux) : je vous propose donc 4 manières de les préparer, avec une infinité de variantes possibles à chaque fois, toujours pour 100 g. de noix. Il y en a pour tous les goûts !

*

*

Fromage frais de cajou

 *    *    *

*

Pour un fromage de 125 g.

*

Ingrédients  :

  • 100 g. de noix de cajou nature (non grillées et salées)
  • 2 à 3 CàS d’eau
  • 1 belle pincée de sel
  • le jus d’un (petit) 1/2 citron
  • accompagnement au choix : herbes (thym, romarin, aneth, basilic, ciboulette…) graines (fenouil, coriandre, pavot, poivre…), fruits & légumes séchés (tomates, raisins, figues, ail, oignon…)

*

Préparation : 

    1. 2 à 8 h à l’avance, mettez à tremper vos noix dans un bol d’eau.
    2. A l’aide d’une passoire, rincez-les bien en les passant sous l’eau du robinet. Egouttez-les.
    3. Ajoutez l’eau, le sel et le jus de citron et mixez jusqu’à obtention d’une crème homogène.
    4. Ajoutez ensuite vos accompagnements, mélangez bien et servez.

*

Vous obtenez ici un fromage frais à tartiner qui se conserve 4-5 jours au réfrigérateur (ou plus…). C’est la base de la base : libre à vous ensuite de lui donner une texture différente, en l’essorant à l’aide d’une étamine (comme ici), ou bien en suivant les indications que je vais vous présenter maintenant.

*

Fromages de cajou - Antigone XXI

*

Deuxième recette : deuxième manière de préparer un fromage de cajou.

Ici, deux variantes combinées = texture plus ferme + goût plus fort. 

Pour obtenir une texture plus ferme, c’est simple : il faut ajouter un peu d’agar-agar. Comme toujours, l’agar-agar se dilue dans une petite quantité d’eau que l’on fera bouillir une minute environ. On mixe d’abord les noix et puis, au dernier moment, on ajoute cette eau agarisée. Un petit coup de mixeur et zouuu, on met au frais et c’est prêt !

Pour un goût plus fort, proche de celui de certains fromages animaux, on se tourne vers les trucs et astuces de la cuisine vg : levure maltée + miso + citron + ail + oignon. Vous n’y croyez pas ? Je vous assure, c’est bluffant !

*

 *

Fromage corsé de cajou

 *    *    *

*

Pour  un fromage de 125 g.

*

Ingrédients  :

  • 100 g. de noix de cajou
  • 4 CàS d’eau
  • 1/2 càc d’agar-agar en poudre
  • le jus d’un peu moins qu’un 1/2 citron
  • 1 càc de miso brun (non pasteurisé)
  • 2 càc bombées de levure maltée
  • 1/2 càc de poudre d’oignon (ou 1/4 d’oignon)*
  • 1/2 càc d’ail en poudre*
  • 1 CàS d’huile d’olive

*

* Pour une saveur similaire à celle d’un fromage animal, la poudre d’oignon et la poudre d’ail fonctionnent bien mieux que l’oignon ou l’ail frais, surtout pour la poudre d’ail – ne me demandez pas pourquoi !

*

Préparation : 

    1. 2 à 8 h à l’avance, mettez à tremper vos noix dans un bol d’eau.
    2. A l’aide d’une passoire, rincez-les bien en les passant sous l’eau du robinet. Egouttez-les.
    3. Placez tous les ingrédients hormis l’eau et l’agar-agar dans le bol de votre mixeur. Mixez de sorte à obtenir un mélange homogène.
    4. Dans une petite casserole, mélangez l’eau et l’agar-agar. Portez à ébullition pendant 1 min en remuant de temps en temps avec une cuillère en bois.
    5. Versez dans le reste de la préparation. Mixez de nouveau et versez ensuite dans un récipient préalablement huilé (pour un démoulage plus facile).
    6. Placez au frais au moins 1h avant de démouler.

*

Vous obtenez ici un fromage ferme au goût corsé qui se conserve de nombreux jours au réfrigérateur, et dont le goût s’affine (ou se renforce !) avec le temps. Vous pouvez le couper facilement au couteau, mais il reste assez tendre pour être facilement tartiné. Pour un résultat plus ferme, ajoutez plus d’agar-agar (attention, pas trop quand même, au risque d’obtenir un bloc de béton…). Vous pouvez aussi vous passer d’agar, pour un fromage à tartiner, comme le précédent, mais au goût prononcé.

*

Fromages de cajou - Antigone XXI

*

Et maintenant, le fromage fermenté

J’adore faire fermenter mes fromages végétaux : cela leur donne un petit caractère qui, en fonction du temps de fermentation, peut être plus ou moins prononcé… parfois au point d’obtenir une saveur semblable à celle d’un fromage animal très fort (type bleu) ! Enfin, ce n’est pas exactement pareil, et tant mieux (je n’ai jamais aimé le bleu…), mais c’est bon en tout cas ! On retient : 2 à 4h de fermentation pour un fromage doux, et 8 à 12h (voire plus) pour un fromage au goût fort.

Pour la fermentation, rien de plus simple : il faut une température assez chaude, mais pas de panique, il n’est pas obligatoire, comme pour les yaourts, de maintenir une température précise. Il suffit d’un endroit bien chaud et qui ne perde pas trop sa chaleur. J’utilise ma yaourtière, mais vous pouvez également utiliser votre four préchauffé 10 minutes à 100°C et puis éteint. Il vous suffira alors de bien emmitoufler votre récipient de fromage d’un tissu. Une bouteille thermos préalablement ébouillantée fonctionne également parfaitement. Même chose pour un déshydrateur (40°C) ou, tout simplement, la chaleur du soleil ou celle d’un radiateur !

On reprend les mêmes ingrédients que pour le fromage frais, et on y ajoute un ferment : miso, yaourt végétal, ou encore probiotiques… vous avez le choix !

*

 *

Fromage fermenté de cajou

 *    *    *

*

Pour 125 g. de fromage

*

Ingrédients  :

  • 100 g. de noix de cajou
  • 2 à 3 CàS d’eau
  • 1 belle pincée de sel
  • le jus d’un 1/2 citron
  • au choix : 1 càc de miso, 1 CàS de yaourt de soja, 1 capsule de probiotiques
  • optionnel : accompagnements au choix*

*

* Je mets toujours un peu de levure maltée et de poudre d’ail dans mes fromages fermentés : c’est délicieux !

*

Préparation : 

  1. 2 à 8 h à l’avance, mettez à tremper vos noix dans un bol d’eau.
  2. A l’aide d’une passoire, rincez-les bien en les passant sous l’eau du robinet. Egouttez-les.
  3. Mettez l’ensemble des ingrédients dans le bol d’un mixeur et mixez jusqu’à obtention d’une crème homogène.
  4. Versez dans un récipient étanche (pot à confiture…) et placez dans votre ‘fermentateur’ : yaourtière, four, thermos, soleil, radiateur… Laissez fermenter entre 2 et 24h (voire plus !)
  5. Laissez refroidir 1h au frais avant de servir. Pour un fromage plus ferme, égouttez-le avec une étamine.

*

Ce fromage, qui se conserve de nombreux au réfrigérateur, vous permet de bénéficier des bienfaits de la lacto-fermentation, à l’action régénérante sur la flore intestinale.

*

Fromages de cajou - Antigone XXI

*

Et enfin, le meilleur pour la fin… le fromage rôti !

Sans plaisanter, même si les noix de cajou n’entraînent pas une addiction similaire à celle du fromage animal, elles sont pourtant sacrément addictives dans la recette que voilà ! La base est la même que pour un fromage frais, mais on le passe au four et, croyez-moi, ça change tout !

J’ai ajouté ici quelques graines de pavot, mais vous pouvez opter pour l’accompagnement de votre choix.

*

*

Fromage rôti de cajou

 *    *    *

*

Pour un fromage de 125 g.

*

Ingrédients  :

  • 100 g. de noix de cajou
  • 2 à 3 CàS d’eau
  • 1 belle pincée de sel
  • le jus d’un 1/2 citron
  • un peu d’huile d’olive
  • optionnel : accompagnements au choix*

*

* J’y mets souvent un peu de levure maltée, de miso et de poudre d’ail.

*

Préparation : 

    1. 2 à 8 h à l’avance, mettez à tremper vos noix dans un bol d’eau.
    2. A l’aide d’une passoire, rincez-les bien en les passant sous l’eau du robinet. Egouttez-les.
    3. Mettez tous les ingrédients dans le bol d’un mixeur, hormis l’huile d’olive et mixez jusqu’à obtention d’une crème homogène.
    4. Disposez dans un moule (ici, à tartelette) préalablement huilé. A l’aide d’une spatule ou de vos petits doigts, huilez le dessus du fromage.
    5. Placez dans un four préchauffé à 160-170°C pour 20 minutes. Finissez par 5 minutes au grill pour un résultat bien doré (mais pas cramé). Attendez quelques minutes et démoulez.

*

Voici ici un exquis fromage rôti se conserve 4-5 jours au réfrigérateur. C’est le plus ferme de tous les fromages présentés ici et il est juste tellement bon qu’on se demande s’il n’y a tout de même pas un peu de morphine dans la noix de cajou…

*

Fromages de cajou - Antigone XXI

*

Et voilà, mon petit tour de table des produits ‘laitiers’ de cajou est fini ! J’espère qu’il vous aura intéressé et que vous allez désormais être nombreux à vous lancer dans la confection de fromages végétaux !

Et si vous ne mangez pas de cajou ?

Pas de panique : toutes ces recettes sont valables pour tous les autres oléagineux ! Les noix de cajou donnent vraiment la texture la plus douce et onctueuse, mais leurs copines, les amandes, noix de Grenoble, graines de courge, chanvre ou tournesol… sont plutôt douées, elles aussi ! Les goûts et textures varieront au gré des noix et graines, ainsi que des assortiments et manières de les apprêter… pour le plus grand plaisir de vos papilles !

*

  

605 commentaires
4

Vous aimerez aussi

605 commentaires

D'accro au fromage à végétalienne | Escapades végétales 8 novembre 2016 at 10 h 06 min

[…] expliquais comment réaliser du parmesan vegan. Enfin, le fromage sur les photos est inspiré de la recette de fromage rôti du blog d’Antigone XXI. Bon ok, niveau esthétique, je vous l’accorde, mon fromage ne donne pas trop envie. Mais je […]

Répondre
From cheese lover to vegan | Escapades végétales 8 novembre 2016 at 10 h 08 min

[…] I used to make the cheese displayed on the picture is inspired from the roasted cheese recipe from Antigone XXI blog (in French only). Ok, I have to admit it does not look very beautiful and tasty, but it’s […]

Répondre
Les blogs et recettes Vegan à lire - Swaallow.com - Lifestyle, beauté, déco, DIY, la rochelle 10 novembre 2016 at 9 h 00 min

[…] Recettes de fromages végétaux […]

Répondre
Evelyne 11 novembre 2016 at 22 h 36 min

Bonjour, qu’elle belle découverte que d’être tombée sur vos recettes que je vais tester dès que j’aurai acheté les ingrédients nécessaires. Ils accompagneront très bien mes salades de graines germées, Compléter par un jus de fruits ou de légumes crus fait maison. Un vrai festin et un plein de vitalité ! Merci !

Répondre
Les astuces pour manger végétalien et sans déchet – For the Mermaids 16 novembre 2016 at 22 h 13 min

[…] moi je peux le faire, c’est pour vous dire) : des ingrédients identiques sont demandés pour la création de fromages végétal. Les yaourts au soja, tofu soyeux et tofu pour remplacer la ricotta comme ici avec des cannellonis […]

Répondre
Yann 19 novembre 2016 at 15 h 46 min

Très instructif ! Juste une simple question technique : est ce que ces fromages peuvent supporter la cuisson (pour, par exemple, faire des pâtes avec une sauce fromage ou un gratin) de manière satisfaisante ? Merci !

Répondre
Sophie 20 novembre 2016 at 0 h 33 min

Bonsoir,
J’ai découvert votre blog, il y a peu de temps, que je trouve superbe, et je suis tombée sur ces fameux fromages végétaux qui m’ont fait de l’oeil. Je fait mes propres laits végétaux au ChuffaMix et donc je me retrouve avec beaucoup d’okara, mais jamais de perte, je les recycle dans les biscuits, gâteaux, granula, farine. Je voulais savoir si selon vous il serait possible d utiliser l’okara pour faire des fromages végétaux .
Cordialement.
Sophie.

Répondre
famillemartin22 28 novembre 2016 at 19 h 38 min

C’est un veritable plaisir de retrouver des saveurs que je pensais perdues pour toujours… (j’exagère à peine !)Hâte d’être à ce soir pour déguster mes fauxmages accompagnés de mon pain riz-sarasin maison et d’un petit verre de vin ! Ça faisait si longtemps… mille mercis !

Répondre
5 conseils pour arrêter le fromage - Maman Carotte 29 novembre 2016 at 10 h 44 min

[…] partie des aliments addictifs tout comme le sucre et le chocolat. Comme l’explique si bien Antigone XXI, la caséine contenue dans le lait génère des casomorphines, substance moins puissante que sa […]

Répondre
Le végétalisme, une alimentation de privation ? 2 décembre 2016 at 14 h 11 min

[…] Gratin de pâtes / Wraps / Cakes salés / Veloutés / Fromages […]

Répondre
Malvynia (@Malvynia) 5 décembre 2016 at 2 h 19 min

Bonjour ! J’ai envoyé le lien de cette page à ma meilleure amie, qui ne peut pas consommer de produits laitiers et de soya présentement (car elle allaite son bébé qui a plusieurs intolérances). J’ai déjà essayé le fromage frais à tartiner dans le passé et j’avais bien aimé !

Répondre
Mosaik-Santé // Mosaik-Massothérapie 13 décembre 2016 at 1 h 34 min

Super recette. Combien de temps ça se garde et est-ce que ça se congèle? merci

Répondre
Antigone XXI 13 décembre 2016 at 11 h 58 min

Quelques jours, mais je n’ai jamais testé la congélation !

Répondre
Claire Girardier 17 décembre 2016 at 12 h 54 min

Alors là ….. je vais essayer. J ‘aime tellement le fromage…. si c’est aussi bon que vous le dites je ferai des adeptes et mes filles feront de belles economies. Mes gendres sont des dévoreurs de produits laitiers. Et ainsi petit à petit je vais me laisser glisser vers les préparations végétales et en entraîner beaucoup avec moi.
Merci pour votre partage.
Claire

Répondre
Myriam 19 décembre 2016 at 21 h 51 min

Super article, j’ai hâte de tester les recettes, merci !

Répondre
marceline 23 décembre 2016 at 21 h 37 min

Je viens de tester le fromage corsé! une tuerie! C’est la dernière étape avant de passer de végétarienne à végétalienne. Je pense que c’est bien parti! merci.

Répondre
zaphyne 23 décembre 2016 at 22 h 48 min

J’ai testé la version rôtie, que j’ai interdiction de toucher jusqu’au 25.
Ca sent diablement bon, et j’ai un peu goûté au fromage frais : délicieux ! J’ai mis du miso, du pavot, de la levure maltée et un peu de citron.
Malheureusement, mon mixeur est nul et j’ai plein de petits morceaux de cajou plutôt qu’une pâte homogène, mais au moins, j’aurai quelque chose à manger à Noël !

Répondre
Anneln 20 janvier 2017 at 16 h 56 min

Et un alimentation locale ?? comment fait on ?

Répondre
Antigone XXI 20 janvier 2017 at 18 h 14 min

On utilise des noix ou des graines de tournesol, de chanvre ou de courge, comme indiqué dans l’article.

Répondre
MARY Ludivine (infirmière) 31 janvier 2017 at 5 h 53 min

Très intéressant cet article. J’ai appris beaucoup de choses. Merci à toi.
Je vais y réfléchir et tenter de diminuer ma grosse consommation de fromage. 🙂
Je vais aussi passer le message.
Je me permets tout de même un commentaire.
En désintoxication on ne prive pas réellement les patients des substances toxiques du jour au lendemain. On leur donne des substituts (drogues légales) pour diminuer l’effet de manque. L’état de manque peut avoir des conséquences physiques et ou psychologiques graves.
De plus certaines personnes ont besoin de rentrer dans des habitudes douces et rassurantes avant l’arrêt complet d’une substance afin d’y adhérer entièrement.
Tout dépend des personnes et des produits en question.
Attention donc lorsque tu conseilles l’arrêt brutal et immédiat du fromage.

Répondre
Bénédicte 7 mars 2017 at 19 h 35 min

Mouarfarfarf!! à quand le méthacamembert et le suburoquefort?!!!

Répondre
Bénédicte 1 février 2017 at 0 h 05 min

Magnifique article, comme toujours!! Pour affiner (ah!ah! c’est le cas de le dire!) ma recherche fromagère, je souhaiterai utiliser les probiotiques, mais je ne sais quoi prendre au juste, ni ou les acheter, pourriez vous me conseiller? merci.

Répondre
Anne Lozes 9 novembre 2017 at 9 h 52 min

Acidophillus, en magasins diététiques, à garder au réfrigérateur (capsules à défaire).

Répondre
Ddel 22 juillet 2018 at 8 h 05 min

Je me pose des questions sur probiotiques, levures maltées, miso…
>est ce sans gluten ? il me semble que la levure contient du gluten, pour les autre, je ne sais pas.

Répondre
Antigone XXI 23 juillet 2018 at 9 h 54 min

Aucun ne contient en soi du gluten. La levure maltée est constituée de bactéries qui sont, en revanche, cultivées sur de la mélasse de céréales à gluten, donc elle peut en contenir par contamination : pour les personnes coeliaques, s’abstenir ; pour les autres (intolérants au gluten compris), aucun souci.

Répondre
Bradley 2 février 2017 at 21 h 47 min

Juste un mot : Merci 🙂

Répondre
Catherine 24 février 2017 at 18 h 56 min

j’ai essayé de faire le fromage frais avec de l’ail et de l’oignon, j’ai obtenu dans un premier temps avec mon robot des petits morceaux de noix, j’ai ajouté un peu d’huile d’olive et passé au mixer à soupe, ça a donné une purée de cajou en gros. Je ne suis pas très convaincue par la texture, ça ne ressemble pas à du fromage plutôt à une sorte de hoummous, en revanche le goût est très bon, ce serait parfait sur des toast pour un apéritif je trouve. Peut-être pourriez-vous me dire si on peut ajouter quelque chose d’autre que l’huile d’olive pour lier l’ensemble davantage, obtenir une texture plus crémeuse ? j’aime beaucoup l’huile d’olive donc ce n’est pas un problème, de la crème de soja peut-être ?
Merci pour cette recette en tous cas !

Répondre
Nicolas 3 avril 2017 at 9 h 28 min

Pour que ce soit bien crémeux, je vous conseille de bien faire tremper les noix de cajou et de mixer longtemps. La qualité du mixeur change la donne aussi. Autre remarque, des fois quand on fait pas une assez grosse quantité, ca ne redescend pas bien dans le mixeur et donc cela mixe moins bien. Il faut essayer de faire des quantités adaptées à la taille du mixeur. Exemple, dans mon omniblend, 300-400 grammes de graines, c’est l’idéal !

Répondre
afloweronamohawk 6 mars 2017 at 23 h 50 min

Merci pour ses merveilleuses idées 😀 je suis en route pour devenir végétalienne completement et c’est vrai que le fromage peut me manquer parfois ^^ mais tes fromages végétales me tentent beaucoup plus maintenant 😀

Répondre
Ein kleines stück käse (pflanzlich) ? | Pfeffernase 21 mars 2017 at 16 h 25 min

[…] COMMENT FAIRE DES FROMAGES VÉGÉTAUX : LE B.A.-BA […]

Répondre
Anaïs 21 mars 2017 at 23 h 16 min

Merci pour ces recettes : je m’initie tout juste à la confection de fromages VG , et je viens de tester la “corsée” ! Très bonne recette ! A refaire 🙂

Répondre
ENCHILADAS et TORTILLAS VÉGÉTARIENNES – Malices et potions 3 avril 2017 at 11 h 39 min

[…] du camembert). On peut aussi fabriquer un fromage végétal. Il existe un très bel article chez Antigone XXI sur ce sujet. J’ai un tas de recettes, que je n’ai pas encore testées, car je suis […]

Répondre
Je teste le fromage végétal fait maison ! – Le Chaudron de Maly 10 avril 2017 at 10 h 10 min

[…] donc cherché vite fait sur le net et j’ai trouvé le blog d’Antigone XXI. Végane et bloggeuse, elle donne pleins de recettes végétales, et notamment comment faire son […]

Répondre
Odile 6 mai 2017 at 13 h 40 min

Quelle sorte de miso utiliser pour la confection de vos fromages végés ?

Répondre
Antigone XXI 6 mai 2017 at 14 h 55 min

Du miso brun (c’est marqué) : hatcho, mugi, mame…

Répondre
Crash test culinaire / Le pain pita farci au fromage de noix de cajou – The Lovely Lucky Factory 8 mai 2017 at 12 h 03 min

[…] végétaux. Cela ne m’avait pas vraiment chatouillé les papilles jusqu’à tomber sur cet article d’Antigone, LA référence vegan-ecolo sur la blogosphère. Je conseille vraiment cette […]

Répondre
Comment véganiser une recette ? – Hello Brico 8 mai 2017 at 13 h 10 min

[…] Le b.a-ba des fromages végétaux – Antigone XXI – Cuisiner des combinaisons infinies de fromages végétaux […]

Répondre
miam81 24 juillet 2017 at 12 h 42 min

bonjour, j’ai essayé le fromage corsé mais il n’est pas ferme du tout, il reste tartinable mais très bon quand même…..c’est normal ?

Répondre
Antigone XXI 25 juillet 2017 at 10 h 32 min

Rajoutez un peu d’agar-agar la prochaine fois et il sera plus ferme ! 🙂

Répondre
cestsilya 31 août 2017 at 18 h 07 min

super, merci beaucoup pour toutes ces informations, je pense vraiment m’y mettre et avec la yaourtière encore mieux, merci!!

juste un questionnement écologique, est-ce que la noix de cajou peut-être locale? parce qu’elle me semble géniale à tout points de vue sauf le pays d’origine :/ souvent éloigné

Répondre
Antigone XXI 31 août 2017 at 18 h 55 min

Non, malheureusement, à moins d’habiter en Amérique Latine ou en Asie, la noix de cajou n’est guère locale. La petite consolation, c’est qu’elle est importée en Europe par bateau et non en avion, ce qui signifie un coût écologique bien moindre.

Répondre
Anne Lozes 9 novembre 2017 at 9 h 55 min

A ce propos, ça pousse en Europe ! J’en ai trouvé à Lesbos (Grèce), locales ! Malheureusement c’est loin aussi…

Répondre
Fromage végétal,  «  #Végan » le faux-mage | L'actualité de Lunesoleil 2 octobre 2017 at 13 h 57 min

[…] COMMENT FAIRE DES FROMAGES VÉGÉTAUX : LE B.A.-BA […]

Répondre
Sylvain DET 14 novembre 2017 at 18 h 27 min

bonjour,

J’ai fais le fromage fermenté de Cajoux (avec du Miso), je l’ai laisser 24h sur le radiateur, par contre un parti du fromage à pris un couleur marron… C’est quand même bon??

Répondre
Sacha 8 décembre 2017 at 16 h 41 min

Et quand on est allergique aux oléagineux, on fait comment ? :'(

Répondre
Deborah 13 décembre 2017 at 16 h 18 min

Bonjour! Je pose la question ici, mais elle s’applique aux recettes végétaliennes en général: Est-ce qu’on peut utiliser des noix de cajou grillées (mais non salées) pour les recettes nécessitant des noix de cajou qu’on fait tremper, ou bien ça dénature vraiment le goût?
Merci! 🙂

Répondre
Antigone XXI 14 décembre 2017 at 10 h 01 min

Pas de souci, vous pouvez les utiliser. De toute façon, toutes les noix de cajou du commerce sont légèrement grillées, car crues, elles peuvent être toxiques.

Répondre
Déborah 20 décembre 2017 at 21 h 40 min

Merci pour la réponse! Bonnes fêtes! 🙂

Répondre
Rémi 9 janvier 2018 at 12 h 39 min

Vous insistez sur l’impact écologique de la consommation de produits laitiers tout en prônant l’utilisation de produits exotiques tel que la noix de cajou dont l’empreinte écologique (transport, conditions de production, etc.) est bien plus néfaste pour la planète. Contradictoire, non ?

Répondre
Un repas de Noël végane ! - Minuit sur Terre 26 janvier 2018 at 17 h 18 min

[…] – 4 recettes de fromages – Antigone XXI […]

Répondre
Lulu 13 février 2018 at 16 h 35 min

Je viens de faire le fromage corsé, une tuerie, j’avais du mal à arrêter de lécher le plat, alors qu’il n’a pas encore été réfrigéré. Je vais des économies d’achats de faux fromages grâce à vous. Merci pour cette délicieuse recette, je vais sans doute essayer la version rôtie très bientôt, ça donne envie +++

Répondre
Duhamel 18 février 2018 at 11 h 37 min

J’ai fait mon premier fromage vegan (fauxmage) aujourd’hui!
J’ai tester ta première recette qui est vraiment simple et j’ai pu retrouver le goût du vrai fromage qui me manquait enormément!
Au top!!!!
Un monde vegan est possible!!!!

Répondre
Pâte de cajou à tartiner | une fille en transition vers le zéro déchet ! 18 février 2018 at 18 h 10 min

[…] Alors j’ai voulu tester une alternative , la recette de fromage frais à tartiner d’ANTIGONE XXI   […]

Répondre
marie-jésus 23 février 2018 at 1 h 51 min

J’ai plusieurs choses à vous dire, de 1 le lait est un terme qui est réservé aux sécrétions mammaires des mammifères après accouchement (il serait donc bien de changer ce terme pour boisson). De deux, dire que la production laitière est aussi dégradante est un peu pousser je crois que vous devriez aller voir une ferme laitière du Québec plutôt que de regarder des vidéo d’ailleurs dans le monde. De trois dire qu’il y a de la morphine dans le lait alors que ce que tu dit après est pas du tout çà ce serait bien et tu sache transmettre ton information comme du monde.
Bien cordialement, quelqu’un qui aime bien la viande et les sous produits animaux.

Répondre
Comment préparer un fromage végétal ? – La Mie Domi 7 juin 2018 at 20 h 25 min

[…] Façon fromage frais, corsé, fermenté ou roti : Antigone XXI […]

Répondre
Gray 14 juillet 2018 at 12 h 10 min

Super idée le fromage vegan…mais la noix de cajou ça coûte un bras et la levure maltée coûte cher !!! Si être vegan était bon marché, je pense que davantage de monde le serait…

Répondre
Antigone XXI 14 juillet 2018 at 12 h 28 min

Et tout le monde sait que les fromages au lait de vache, brebis ou chèvre sont très bon marché. Les noix de cajou se remplacent très bien par des graines de tournesol 🙂

Répondre
Max Herr 7 octobre 2018 at 22 h 06 min

En parlant de l’empreinte écologique des produits laitier, il y a des raccourcis à ne pas faire. On ne peut pas comparer l’impacte écologique d’une ferme industrielle américaine, ou la ferme des milles vaches, avec les noix tombées au fond de mon jardin. A ce propos, je ne vois pas qu’elle impacte écologique, sinon positif, ma ferme pourrait avoir en comparaison avec des noix de cajou bresiliennes. Déjà on ne sait pas comment elles sont récoltée, traitées, si les travailleurs sont payés, si la foret amazonnienne souffre de cette production etc. Ensuite les usines de conditionnement, le transport etc. Pour ma part, toute les fermes bio autour de nous produisent des fromages avec un impact écologique favorable : entretien des partures, donc du paysage, des alpages, entretiens des sous bois, des terrains des riverains de la fermes, meme autour des maisons des voisins qui nous le demandent, entretiens sous les lignes électriques, tout ca sans tondeuses, ni tronconneuses etc. Ensuite, le bien etre animal est primordiale, car nous n’avons pas intéret à avoir des animaux malades, stressés et affaiblis, la qualités des produits s’en ressentirait. Au contraire, nous cherchons toujours la meilleure herbe et le meilleur épanouissement du troupeaux (dans la limite de nos terrains) et cherchons à le protéger des prédateurs.
Ok, vous allez dire que les petits finissent en viande. Mais au moins ils ont vécu une vie sans stress. Enlevez les éleveurs, retournez tous les troupeaux à l’état sauvage, et les mignons petit agneaux tous doux se feront tous déchictés par le renards, le blaireau, les corbeaux, les chiens errants, le loup, le linx et meme les vautours (qui se “créent” des occasions de pouvoir charrognier). Je n’exagère pas, nous avons tout vu dans notre ferme en quelques années. Et oui les amis, les prédateurs végan n’existent pas dans le vrai monde. Je parle de la nature à l’etat sauvage, qui est sans pitié. Car les petits renardeau ont faim aussi ! Donc dans la réalité, si tous les éleveurs deviennent végan, il y aura beaucoup de souffrance animale, puis ensuite, personne pour entretenir des “troupeau décoratifs” (déjà que les fermes ne survivent pas en vendant leurs produits) donc disparitions de nombreuses races, voir d’espèces entières, puis les paturages se transforment en forets (en moins de 15 ans), les grands prédateurs font leur grand retour, et plus personne n’ose habiter en campagne (qui s’appelle désormais La Foret). Subsistent les maraichers et éleveurs céréaliers qui se font piétiner leurs champs par les hordes de sangliers qui pullulent (plus de chasseurs non plus). Alors la mes amis les militants pour les droits des animaux, oserez vous encore sortir de vos villes pour aller vous balader dans les bois et ramasser votre ail des ours pour assaisonner vos fromages du désert amazonnien ?

Personnellement, je pense qu’il y a une grossière erreur de cible de la part des vegan militants. Le fond du probleme viens de l’industrialisation et de la marchandisation de notre société. L’industrie agroalimentaire en premier. L’homme aussi est transformé en bétail. et il est content de se faire exploiter, pour autant qu’on lui fasse croire qu’il a la liberté, qu’il peut sortir du systeme en mangeant vegan, bio, sans gluten, écolo et se sentir un citoyen responsable et ouvert. Alors vérifiez au moins que vos fromages de cajou ne participent pas à l’exploitation de l’homme, si déjà vous n’êtes pas partisans de la mise à mort des mangeurs de viande (c’est à dire plus de 90% des gens)

Question à part : Y-a-t-il des militants sur ce forum qui peuvent témoigner du véganisme de leur chat et de leur chien ?

Voila, je sais que ce coup de gueule contre les extremistes manque aussi sa cible, car on est dans un sujet de cuisine, et pas de politique, mais le préambule de l’auteur sur les raisons de manger du fromage végétal m’interpelle par son manque de clairvoyance et de compréhension des écosystemes. Par contre, en tant que fromagers, je suis très intéressé par ces recettes et je félicite l’auteur pour cela.
Bonne continuation
Max Herr

Répondre
Lucie 18 janvier 2019 at 21 h 51 min

Wwwwwoooooowwwww j’ai testé le rôti de Cajou ce soir !!! C’est une tuerie !!! Accompagné de bon pain et whiskey…. Yummy!!!

Répondre
Léa 31 janvier 2019 at 10 h 22 min

Salut 🙂 Je viens de faire le fromage fermenté. Bon clairement, mon mixer n’est pas adapté car je n’ai pas du tout obtenu de crème mais plutôt un concassé de cajou aha. J’avais une question quant à la fermentation dans la yaourtière, faut-il mettre le couvercle ou non ? Merci à toi en tous, tes écrits et récits sont très inspirants. Belle continuation et belle journée <3

Répondre
Jean-Luc Legloire 7 février 2019 at 21 h 55 min

Bonjour,
Après lecture de toutes ces recettes, je vais me lancer et goûter à ces faux-mages …
Breton d’origine, je cherche une recette de beurre végétal car plutôt accro à mes tartines de beurre demi-sel 🙂
Merci d’avance pour là ou les pistes…

Jean-Luc

Répondre
1 5 6 7

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :