Touche pas à ma laine !

23 janvier 2013

 

*

Végétalienne depuis plusieurs années, je ne porte ni fourrure, ni cuir. Je fais attention à ce que les cosmétiques et produits ménagers que j’utilise ne contiennent pas de produits animaux ou ne soient pas testés sur les animaux. Et pourtant, jusqu’à il y a peu encore, je ne faisais pas vraiment attention à une chose : la laine.

Je savais que les véganes ne portent pas de laine, en invoquant comme raison de ce choix la maltraitance des animaux. Même si j’adhérais à cette idée, au fond de moi une petite voix faisait : ‘Mais on leur prend juste leurs poils ! On ne les tue pas !’. Et puis, je suis une grande frileuse et, depuis toujours, le lien était clair : ‘laine = chaud’ / ‘pas laine = pas chaud’ (et puis, ‘pas qualité’ accessoirement). Et lorsque le sujet tombait sur la table, je refusais de trancher : mes idées n’étaient pas claires là-dessus. Ce n’est que relativement récemment que j’ai décidé d’accepter de regarder les choses en face et ai décidé de faire des recherches sur ce fameux débat.

Une seule heure a suffi pour me convaincre.

J’ai alors compris que je ne reviendrai pas en arrière. J’ai eu honte, honte de m’être fermée les yeux à ce point, malgré mes belles déclarations, mes beaux principes. Et je regrette de ne pas l’avoir fait plus tôt. J’aurais peut-être sauvé quelques vies, ou du moins, j’aurais peut-être été plus ‘vraie’ à mes propres yeux.

Quand on ne s’est pas penché sur le sujet, on vit dans le doux rêve que l’homme, être aussi gentil que généreux, ’emprunte’ aux moutons, agneaux, brebis et chèvres leur toison pour s’en vêtir en échange de nourriture et de bons traitements. Après tout, quel mal y aurait-il à tondre un mouton ? En quoi prendre sa laine serait-il un acte cruel ? N’y a-t-il pas là un échange de bons procédés au terme duquel tout le monde est gagnant ? Je te donne caresses et carottes et, en retour, tu me donnes un peu de ta chaude laine pour me couvrir quand vient l’hiver… et tout le monde il est beau et tout le monde il est content.

Oh oh ! Welcome back les Bisounours ! On est loin de la réalité, là.

*

6422171

Qui donne sa laine ?

*

Admettons-le : à moins d’être né et d’avoir vécu toute ou partie de sa vie à la campagne, il y a peu de chance que l’on ait une fine connaissance des moutons. Certes, le jardin zoologique fréquenté en classe de CP-CE1 nous a donné un bref aperçu des ovins, mais était-ce bien suffisant pour faire le lien entre l’agneau qui, en venant croquer la carotte à même la main, a rempli notre coeur d’enfant de bonheur, et l’agneau qui, découpé en côtelettes et passé au grill, nous remplit le ventre de joie ?

Saviez-vous, à ce titre, que les moutons sont des êtres tout aussi intelligents et affectueux que votre épagneul (vous savez, celui que vous n’envisageriez jamais de manger) et qu’ils ont même une sensibilité à fleur de peau, ainsi qu’une sociabilité très complexe ?

En matière d’amitié, les moutons sont de grands fidèles : ils sont capables de reconnaître le visage d’au moins 50 autres moutons et de 10 humains en les ayant juste vus en photos ! Alzheimerou non, je doute que votre grand-mère fasse mieux… Tout comme chez les hommes, la sensation de l’absence n’est pas étrangère à ces animaux qui sont capables de penser aux individus absents : une brebis privée de son agneau le pleurera très longtemps. Les moutons ont également la capacité de reconnaître les émotions : ainsi préfèrent-ils nettement qu’on leur sourie plutôt qu’on ait l’air renfrogné !

Les ovins ont aussi d’étonnantes capacités mémorielles. Donnez-lui un nom et, même perdu parmi plus de 300 de ses congénères, un mouton répondra en entendant celui-ci. De façon encore plus étonnante, on a découvert les capacités d’apprentissage et d’enseignement transmis de génération en génération : les moutons sont en effet capables de se soigner en choisissant les plantes appropriées (de vrais phytothérapeutes !) et, surtout, c’est parce que la mère transmet ce savoir à son petit que, une fois adulte, le mouton est capable d’utiliser ses connaissances acquises. Les connaissances des ovins s’enrichissent donc de bouc ou, plutôt, de vieille brebis en jeunes agneaux.

Bête comme un mouton ? On voit que l’image du troupeau bêlant bêtement n’est guère fondée…

*

http://www.mcttelecom.com/~planter/fun/dog_lamb.html

 

Une laine tachée de sang

*

On croit souvent, avant de se pencher sur la question, que la tonte de la laine est une activité inoffensive qui n’implique ni la souffrance, ni même la mort des animaux. Et pourtant, rien ne saurait être moins vrai…

Une grande partie de la laine dont sont faits nos pull-overs, nos tapis et nos moufles provient de moutons mérinos. Plus de la moitié de cette laine est produite en Australie, pays du mouton par excellence. Or ce pays est également réputé pour une chose assez particulière que l’industrie lainière locale pratique, à savoir, le mulesing.

*

Qu’est-ce que le mulesing ?

*

Il s’agit d’une pratique, originaire des années 1930, qui consiste à découper à coup de cisailles la queue et l’arrière-train du jeune agneau, afin de lutter contre l’incidence des myases – des mouches pondant des larves sous la peau. Le tout sans anesthésie, bien sûr. Notons que le procédé ne concernait au départ que les bêtes plus âgées, car on le jugeait ‘trop douloureux’  pour les agneaux.

Signalons ici que le mouton mérinos est une espèce qui a subi un grand nombre de manipulations génétiques afin de produire une quantité phénoménale de laine. Sans ces procédés, les moutons produiraient juste assez de laine pour se protéger du froid comme de la chaleur. Dans un climat qui peut parfois atteindre des pointes de chaleur impressionnantes comme l’Australie, ce surplus de laine n’est pas le bienvenu et, ajouté au manque d’hygiène des exploitations ovines de masse, il favorise le développement de myases qui menacent de littéralement dévorer le mouton à petit feu. La pratique du mulesing y trouve sa justification.

Pourtant, de nombreux pays producteurs de laine y voient une pratique obsolète et elle a déjà pratiquement disparu en Nouvelle-Zélande. Ainsi peut-on plutôt choisir de tondre l’arrière-train des animaux de façon régulière, de contrôler biologiquement les mouches, ou bien encore de prodiguer des traitements locaux qui font montre de succès dans l’éradication des myases (l’huile d’arbre à thé détruirait ainsi 100% des larves dès la première application !). Mais n’est-il pas plus simple de découper les fesses des moutons à coup de sécateurs ?

Cherchez l’erreur.

*

(je suis vraiment désolée de la dureté de ces images, mais elles ne sont que le reflet de la réalité).

*

S’ils échappent au museling, sachez que les agneaux, à peine âgés de quelques semaines, ont la queue coupée sans anesthésie et que les jeunes mâles sont castrés de la même manière. On choisit soit de pratiquer une ablation à vif pour ôter leurs testicules, soit d’entourer ceux-ci d’élastiques en caoutchouc afin de couper l’afflux sanguin – l’une des méthodes de castrations les plus douloureuses qui soit. Messieurs, serrez les jambes.

Des centaines d’agneaux mourront avant même d’avoir atteint deux mois, faute de soins et de nourriture appropriée. La négligence, les sévices et les maladies auront raison de nombre d’adultes également. Ceux qui parviennent à survivre seront régulièrement tondus jusqu’à un certain âge… où ils ne sont alors plus jugés assez ‘rentables’ – et cet âge n’est pas élevé, croyez-moi. Que se passe-t-il alors ?

*

Le long voyage des moutons vers l’abattoir

*

Chaque année, ce sont près de quatre millions d’animaux qui sont envoyés par bateaux au Moyen-orient pour y être abattus selon l’abattage rituel musulman. Bien qu’il existe de plus en plus d’abattoirs pratiquant les rites de l’Islam en Australie, il semble moins coûteux d’expédier les moutons à bord de cargos et les faire exécuter dans des pays où la main d’oeuvre est moins chère. Business is business.

Evidemment, les longues semaines de traversée dans des coques sans aération aucune, entassés les uns sur les autres, en proie au manque de nourriture et d’eau, ainsi qu’à des températures extrêmes, ont raison d’un grand nombre de moutons. Selon le Meat and Livestock Australia, c’est entre 1% et 28% des animaux qui meurent à bord de ces navires, de faim, de soif, d’étouffement ou de maladie.

Arrivés à destination, les moutons sont directement transférés des bateaux vers les camions qui les mèneront à l’abattoir. Et comme il s’agit d’abattage halal, les animaux ne seront pas assommés avant d’être tués : tandis que les moutons sont conscients, on leur tranche la gorge et on commence à les dépecer alors qu’ils sont souvent tout à fait vivants. Ils ne mettront que de longues – et effroyables – minutes à mourir.

*

 

*

Pas clean pour la planète, ma laine ?

*

Outre les souffrances infligées à des êtres qui n’ont rien demandé d’autre que de garder leurs poils pour eux, il faut savoir que l’exploitation massive des ovins pour leur laine et leur viande a un impact environnemental considérable.

De tous les animaux, la production d’agneau est en effet la plus polluante : la consommation d’1 kg d’agneau est responsable du rejet de près de 40 kg de CO2 dans l’atmosphère, soit presque 50% de plus que le boeuf ! En Nouvelle-Zélande d’ailleurs, les émissions de méthane, provenant en majorité des élevages de moutons, constituent plus de 90% des émissions de gaz à effet de serre du pays !

A cela, on ajoutera les dommages affectant les sols : les exploitations intensives de moutons sont en effet extrêmement destructrices envers la végétation et la terre, entraînant avec elles de vastes problèmes d’érosions des sols.

C’est sans compter enfin la pollution des eaux générée par de telles exploitations. Une étude menée en Nouvelle-Zélande a d’ailleurs montré que la contamination des eaux par matière fécale ovine était telle, même dans des fermes de taille moyenne, qu’elle dépassait tous les niveaux recommandés en matière d’usage de l’eau – qu’il s’agisse d’eau à boire comme d’eau destinée aux activités de récréation. Oui, car dans les eaux, on retrouve aussi tout un tas de produits chimiques visant à prémunir les troupeaux d’infections parasitaires… qui filent donc dans l’eau que nous buvons, dans laquelle nous nous baignons, et où évoluent les poissons… que nous mangeons.

*

Et les autres ?

*

Et puis, s’il n’y avait que les moutons, ce serait presque trop beau, pas vrai ? De nombreux êtres vivants sont en effet utilisés pour nous vêtir, et nombreux sont ceux qui en souffrent, quand ils n’en laissent pas tout simplement la vie.

*

Le cachemire

*

Nos si doux pull-overs en cachemire proviennent de chèvres qu’on trouve dans la région du Cachemire, entre l’Inde et le Tibet. Cette fibre si soyeuse n’est d’autre que le pelage d’hiver de la poitrine de ces caprins : une fois tondues, les chèvres n’ont plus leur toison naturelle qui les protège du froid et des maladies. Bien sûr, parmi les souffrances qui leur sont infligées, on les écorne et les castre sans anesthésie – une fois n’est pas coutume. Un certain nombre d’animaux, jugés ‘défaillants’ (comprendre : leur laine n’est pas parfaitement pure), sont tués avant l’âge de deux ans. Avec l’âge, leur pelage devenant moins doux, on pratique le shearling, autrement dit on tue les animaux et on tanne leur peau avec la laine intacte : vous connaissez bien les fameuses Uggs ?..

*

Le karakul

*

Il s’agit-là d’une race de moutons à poils noirs originaires de Chine et le terme désigne, par extension, la fourrure de cet animal. Attention à vos yeux et vos oreilles ici… car on trouve ici l’une des pratiques les plus barbares qui soit.

En raison de l’extrême douceur de leur laine, les agneaux karakuls sont tués, dans le meilleur des cas, alors qu’ils n’ont qu’un ou deux jours. Pour une fourrure de plus grande qualité encore, on n’attend même pas que ceux-ci aient vu le jour… On choisit une brebis enceinte et, lorsque le fœtus (et normalement futur petit) commence à donner des signes d’agitation, on tranche la gorge de la mère et lui ouvre l’abdomen : il ne reste plus ensuite qu’à découper dans le placenta et dépecer l’agneau. 

Environ 4 millions d’agneaux karakuls sont ainsi tués pour leur laine chaque année.

*

*

L’antilope chiru

*

Les si renommés châles de shahtoosh (le nom signifie ‘roi des laines délicates’ en perse) sont tissés à partir de la laine d’une antilope tibétaine, appelée chiru. Cet animal vit à une altitude de 5000 m. et sa fourrure, à la fois légère et chaude, lui permet de survivre dans des conditions extrêmes d’un bout à l’autre de l’année.

Cette fibre est d’autant plus précieuse pour les tisseurs de la région du Cachemire que la demande est élevée, sa vente et sa possession ayant été jugées illégales selon la Convention sur le commerce International des espèces en voie de disparition. Oui, parce que le problème, c’est qu’on ne peut ‘juste’ tondre les antilopes pour leur prendre leur laine, il faut la fourrure dans son entier et, pour cela, pas de miracle : il faut les tuer. 

Chaque année, ce sont donc 20,000 chirus qui sont tuées strictement pour leur laine, et leur corps abandonné dans la nature (cette fois-ci, je vous passe les photos que vous pouvez trouver ici). 

*

*

Il y a tant d’autres animaux qui souffrent et que l’on tue pour se vêtir de leur pelage, parmi lesquels les lapins angora, les alpagas et vicuñas, que je ne peux tous les citer ici. La liste est – hélas – très longue…

*

Une liste longue, comme l’est cet article qui ne vise ni à juger ni à condamner ceux qui, parmi vous, portent de la laine. Moi aussi, j’en ai longtemps porté et, parmi mes vêtements d’hiver, nombreux sont ceux qui contiennent de la laine. Un jour pourtant, j’ai décidé d’ouvrir les yeux et j’ai cherché l’information. Celle-ci n’est pas toujours simple à trouver et heureusement qu’il existe des individus prêts à tout pour nous la fournir et, par-là même, nous éclairer sur ce qu’on ne nous cache que trop bien.

Derrière les images des bonnes vieilles pelotes de grand-mère ou des tricots ‘tendance’ proposés par les grandes marques à la mode, se cache une réalité bien sordide. Si sordide que l’on préférerait sans hésiter garder les paupières closes plutôt que de regarder les choses en face. Et pourtant, ce serait un si grand pas si une majorité d’entre nous décidait, une fois pour toutes, de les ouvrir et de commencer à faire bouger les choses.

Vous vous dites sûrement : ‘Mais comment faire sans laine ?’ Je me suis posé la même question au départ, et j’ai pourtant depuis trouvé nombre de matériaux qui la remplacent parfaitement : chauds, éthiques, écologiques… il suffisait de le vouloir pour me rendre compte qu’il y avait l’embarras du choix. Il fallait simplement accepter d’ouvrir les yeux. 

Nous avons le choix de vivre sans faire souffrir : pourquoi ne le faisons-nous pas ?

*

*

Pour aller plus loin : One Voice, PETA, Environmental Working Group, Occupy for Animals et Wikipedia (mulesing).

*

 

Pour les alternatives à la laine, c’est ici :

Chaud, Ethique, Ecolo ? Yes we can !

*

416 commentaires
0

Vous aimerez aussi

416 commentaires

Maîtriser sa garde robe | carnet de bord 27 août 2017 at 20 h 40 min

[…] qu’est le mulesing pour la laine, le shearling pour le cachemire, et autres joyeusetés. Antigone XXI a publié une synthèse percutante du problème. Si se procurer des pulls en fibres naturelles et […]

Répondre
garancerecalde 24 novembre 2017 at 13 h 13 min

Vraiment très bon article, qui ouvre bien les yeux sur cette atrocité… Merci d’avoir pris le temps de l’écrire. Bonne continuation!

Répondre
Réflexion | Tricoter éthique ? | From Luce With Love 29 janvier 2018 at 7 h 20 min

[…] & Ressources: L’article d’Antigone XXI « touche pas à ma laine » http://www.sweetandsour.fr/lifestyle/hircus-laine-ethique/ […]

Répondre
Textes de la marche de recueillement du 27/01/2018 | Le CABle 3 février 2018 at 17 h 20 min

[…] la soie, l’angora, le cachemire, le mohair, le karakul, l’alpaga, le feutre… Autant de “matières” qui n’existent que par la souffrance et la […]

Répondre
david 12 mars 2018 at 13 h 29 min

Bonjour,
Votre article me choque.

Effectivement, nous avons des moutons dans la familles (des ouessants pour le côté rustiques et nécessitant peu un immense terrain).

Concrètement, la tonte est plutôt apprécié par les animaux, car à priori, ça ne tombe pas tout seul (vu l’épaisseur et la quantité de noeud)
Et je parle d’une race assez peu manipulé, et plutôt ancienne!
Suffit de voir les moutons se frotter contre un arbre de manière répété avant la tonte pour comprendre le besoin.

Sinon, toujours les moutons, proche de chez nous une association de petits éleveurs s’est créé (la dirigeante est à 20km de chez moi).
Ne pas oublier que les moutons (comme beaucoup d’animaux à vrai dire) occupe traditionnellement des terres incultes.
Dit autrement, des terres compliqués à cultiver.
Ici c’est plus ou moins toujours le cas, et principalement pour des raisons financières : les terres trop fragiles (eau trop proche) pour supporter la charrue sont laissés à l’élevage, car ne valent pas cher (non constructibles, non cultivable industriellement), …
Pareil pour les terres avec trop de pente, trop proche des cailloux, etc
Ils sont aussi pas mal utilisé dans les vergers, car les petits moutons s’occupent de la tonte ce qui évite de sortir la tondeuse tout les 15 jours.

Sinon, la personne fait aussi des toisons feutrés, qui remplace les peaux de moutons. C’est de ce que j’ai compris, une tonte d’un bloc, qui est ensuite feutré d’un côté.
Donc plus besoin de tuer l’animal comme on le fait avec la peau.

D’ailleurs pour les adeptes du tricot, on fait encore de la laine en France, et à priori partout en France, donc pas besoin d’acheter des laines produits industriellement de façon limite barbare.

Répondre
Opale 9 octobre 2018 at 20 h 29 min

Je suis d’accord avec vous. Je vous confirme que la laine ne tombe pas toute seule : les moutons ne muent pas. Par conséquent, un mouton non tondu pendant cinq ans, par exemple, porte l’équivalent de cinq pulls superposés en plein été… Sans compter le poids de la laine, qui peut causer de graves problèmes de dos… Par ailleurs, les saletés s’accumulent dans la laine, notamment au niveau de l’arrière-train, pouvant causer des infections. La tonte est donc indispensable au bien-être de l’animal.
De même, il est parfaitement possible de prélever la laine d’autres animaux sans leur causer de souffrances : ainsi, en Inde, pays imprégné de culture bouddhiste non violente, les pashmina (châles en cachemire) étaient traditionnellement fabriqués avec la laine récupérée sur les buissons et non sur l’animal lui même. De même, la soie des vers à soie peut être récupérée après que le papillon soit sorti du cocon.
Quand aux lapins angora, les tuer ne présente aucun intérêt pour récupérer leurs poils : il suffit de les brosser !

Plutôt que de boycotter sans discernement toute production d’origine animale, il vaudrait mieux militer pour l’établissement de label garantissant le mode de production de la laine. Car les pratiques décrites dénoncées ici sont pour la plupart liées à l’industrialisation de la production lainière liée à la surconsommation. En y mettant le juste pris, il est parfaitement possible d’acheter de la laine éthique.

Répondre
Laines éthiques, que choisir ? | Cocon Ambulant 7 mai 2018 at 14 h 58 min

[…] à ma lecture il y a quelques temps déjà de l’article sur la cruauté animale  du site Antigone liée à l’industrie de la laine et du textile (âmes sensibles […]

Répondre
Boiron 2 septembre 2018 at 12 h 21 min

C’est sur que la laine achetée dans les magasins bas de gamme (sûrement même haut de gamme) il vaut mieux s’en passer !! Mais on peut décider d’ acheter de la laine produite en France, visiter les élevages et s’assurer que les animaux sont bien traités. Quand aux terres agricoles utilisées il me semble impossible de ne pas avoir d’animaux pour entretenir les alpages, terrains pentus etc, ils luttent contre les espèces invasives et permettent de maintenir une biodiversité grace aux haies et aux prairies.

Répondre
Trois ans de végétarisme: bilan et évolution de mon rapport aux animaux – L'Odeur du Café 30 novembre 2018 at 9 h 27 min

[…] Touche pas à ma laine ! – Antigone XXI […]

Répondre
1 3 4 5

Répondre à Pourquoi en mon sens le veganisme est une solution – Mon Laïus Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :