Viande et climat : le grand tabou de la COP21

10 décembre 2015

 

 

Une nouvelle COP qui s’achève et, une fois encore, un sujet n’y a pas été abordé : l’agriculture animale. Un sujet qui fâche, un sujet qui divise, un sujet que, contrairement aux énergies fossiles, la plupart de nos dirigeants aimeraient enfouir au fin fond de la terre pour ne jamais y toucher. Pourquoi, une fois de plus, l’impact de l’élevage sur le climat n’a-t-il pas été abordé lors de la conférence de Paris ?..

*

Retrouvez la suite de mon article sur TerraEco !

Pourquoi l’élevage est le grand oublié de la COP21 ☜

*

 N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires, questions et réactions !

 

24 commentaires
0

Vous aimerez aussi

24 commentaires

Nurja 10 décembre 2015 at 19 h 22 min

Merci Ophélie.
A ma grande surprise, mes élèves ont entendu à la TV qu’il serait utile de diminuer la consommation de viande pour limiter le réchauffement climatique. Sans surprise, en salle des profs, le discours était plutôt à “chacun son choix” et “je ne pourrais pas me passer de viande, c’est trop bon”.
J’espère qu’au final, on avance.

Répondre
Rose Citron 10 décembre 2015 at 19 h 27 min

J’adore tes tribunes sur terra eco <3

Répondre
Adeline 10 décembre 2015 at 19 h 47 min

Cet article me donne envie de devenir végétarienne ! Enfin, tout du moins, de réduire encore plus drastiquement ma consommation de viande. J’aime beaucoup en manger mais je me limite déjà à 1 ou 2 fois par semaine. Pour 2016, j’essaierai 1 fois par mois, pour de bonnes occasions seulement (anniversaires etc…)

Répondre
Noitasilagel 10 décembre 2015 at 20 h 47 min

“Passer ma vie à te regarder dans le blanc des yeux”
“Ils ont bâti un monde de blasés,
qui pensent que tout est cuit,
qui pensent que plus rien ne peut changer.

Nos rêves, nos vies, nos espoirs écrasés.
enchainés à leur chienne de pensée,
esclave de leur réalité.

Passer ma vie à essayer de me persuader qu’un jour peut-être
Les choses changeront d’elle même. Passer ma vie à vouloir faire avec ”

Voilà tout ce que m’inspire cette Cop21

Répondre
Noraleeds 10 décembre 2015 at 20 h 48 min

J’aimerais parler comme tu écris tes articles tiens. C’est informatif, ça encourage tout le monde et ça ne juge personne. Un discours juste ce qu’il faut pour être lu ou entendu par tous.

Répondre
Elisabeth Hauser 10 décembre 2015 at 21 h 02 min

Yes, Ophélia, you are so right! I listened carefully these days to TV/Radio discussions and I am shocked that this issue doesn’t come up. I have written several comments to these stations complaining about it and referring to all the studies. It really seams to be a tabou. Thank you for your article. PLEASE continue!
With vegan greetings, Elisabeth

Répondre
Sabine B 10 décembre 2015 at 21 h 02 min

Salut Ophélie, je suis d’accord avec cet article, malheureusement allais-je dire… Aujourd’hui, après une année quasi entière de vegeta*isme, beaucoup de lectures et de visionnages, je suis désormais convaincue que de toute façon, nous finirons par ne plus avoir de choix. Soit nous deviendrons veganes par nécessité, soit par choix. Et plus nous tardons à faire ce choix, plus l’état de la planète sera catastrophique. C’est la seule variable d’ajustement possible…

Voilà, on va dire que ce genre d’article ne donne pas le moral, mais ça reviendra! Après tout, moi-même je mangeais de la viande il y a un an, aujourd’hui c’est fini donc on peut tous changer c’est clair!

Répondre
cecile2004 10 décembre 2015 at 21 h 16 min

C’est tellement plus commode de faire l’autruche afin de continuer à s’en mettre plein les poches….
Tu as raison, ceux qui sont sensibilisés par la question doivent en parler autour d’eux, mais ce n’est pas facile tous les jours!!! il faut faire que les jeunes se sentent concernés par ce problème, ce sont eux qui feront avancer les choses en refusant ces comportements. Bon, ok les moins jeunes aussi…et puis ceux entre les 2… Bon, ok, tout le monde, au boulot!

Répondre
mylenemuller 10 décembre 2015 at 23 h 16 min

J’ai découvert cela il y a quelques jours… et ça me bouleverse de constater que certains sujets aussi essentiels sont passés sous silence. Ça me bouleverse et aussi ça me motive. “Soyons le changement que nous voulons voir dans le monde”… Merci pour ton message!!

Répondre
Martin Page 11 décembre 2015 at 8 h 10 min

Oui et tabou (tu le dis dans l’article) également chez les écologistes. Désespérant.

Répondre
xinecoll 12 décembre 2015 at 23 h 19 min

Je veux bien croire au Père Noël, aux OVNIs, à la télépathie… mais pas du tout aux COP 21. On vu le suivi des grands messes précédentes. Donc peu importe le contenu.

Des affiches avec de mémoire “62 % des Français sont prêts à réduire leur consommation de viande pour préserver l’environnement, et pas vous ? ” ont été dans les gares du RER pendant toute la conf’. Mais peu des participants se sont abaissés à prendre les transports en commun et ils ont du les louper.

Répondre
Maëva Tur 13 décembre 2015 at 10 h 00 min

Bonjour !
Merci pour ce beau blog qui m’accompagne très positivement dans mes réflexions…
Et merci pour cet article, que j’essaye de partager un maximum autour de moi.
Tu y expliques très clairement pourquoi et comment l’élevage pollue; mais la question de savoir POURQUOI la COP21 a passé sous silence cette question reste en suspens. Intérêts industriels? Je ne peux imaginer que la question ai pu être simplement oubliée… Certaines voix ont-elle seulement eu l’opportunité de porter ces questions lors de la COP21??? Connaitrais-tu des sources bien documentées sur le sujet ? Cette question du pourquoi me taraude…

Répondre
Darna 13 décembre 2015 at 19 h 39 min

Je vais essayer de te répondre, Maëva sur l’omerta sur les empreintes écologiques des élevages industriels. D’abord, n’oublions pas que nous appartenons au genre animal et sommes devenu(e)s les plus grands prédateurs de la planète. D’avoir réussi à en détenir le titre de champion, l’homme se doit d’être carnivore pour asseoir sa suprêmatie de mâle dominant. Ce qui explique le caractère sanguin de la politique de compétitivité qui régit la plupart des sociétés humaines.
Malgré le constat du déficit écologique et économique : le steack en discount coûte moins cher que le végétarien ! Ne cherchez pas l’erreur : elle était à la base de l’illusion de l’homme qui se prend pour 1 dieu et qui se doit de soumettre le reste la Création à ses caprices ! La viande était 1 denrée sacrée et plutôt dure à acquérir. Et pour que l’industrie puisse étendre son empire, les expropriations, déportations sont devenues également nécessaires, multipliant ainsi le taux des paysans sans terre et sans ressource. Populations devenues clientes des pâtés à base des déchets de viande, dans les pays dits développés.
Finalement, c’est tellement devenu tout bénéf’, que les productions ont commencé à se faire finalement à perte, à long terme. La cupidité n’a pas permis de prévoir les conséquences néfastes en tous domaines, jusqu’à la détérioration de celui de la santé publique !
La réponse, Maëva réside simplement en l’immaturité intellectuelle et spirituelle des dirigeants incapables de reconnaître leurs torts et courant vers le précipice à cause de cette peur panique de perdre leurs infâmes privilèges ! Donc la seule solution pour nous en sortir, c’est d’informer assez le reste du troupeau de leurs chefs de file respectifs, pour qu’il sorte de sa condition d’animal glouton, pour enfin atteindre celui d’homme libre de créer des ponts plutôt que des murs ou des gouffres de haine et de crétinerie..!

Répondre
Maëva Tur 14 décembre 2015 at 10 h 33 min

L’immaturité spirituelle et intellectuelle des dirigeants, j’y crois sans trop de difficulté.

Je me pose quand même la question du poids du lobbying dans cette affaire. Quel part représente t-il?

Et si nos dirigeants sont immatures, on a encore la chance d’avoir des chercheurs, des scientifiques (au moins une partie d’entre eux), qui n’ont pas d’interêt à défendre des contre-vérités et posent les vraies questions.

Où font ils entendre leur voix ?
Sont ils présents aux COPs et autres sommets traitant des questions environnementales, ou sont-ils simplement “refoulés” à l’entrée ? Finalement, cela pose aussi la question de savoir comment sont choisis les intervenants, si tout est verrouillé au départ où si une place est réellement laissée au débat.

Beaucoup d’inconnues dans l’équation à mes yeux…

Répondre
Belmonte Patrice 28 décembre 2015 at 7 h 23 min

Bonjour Darna. Si tout ce que tu écris me semble très juste, mais il ne faut pas oublier notre pouvoir personnel face à ce que nous proposes nos dirigeants. Si leurs niveaux intellectuel et spirituel sont bas c’est qu’ils reflètent la majorité du monde actuel… L’écologie et la prise de conscience que notre environnement était notre mère et qu’il avait à ce titre besoin d’amour et d’attention n’ai pas une vieille découverte. Du coup avec ma liberté de consommer, je peux arrêter d’acheter le surplus par exemple et ne plus subventionner tout ce qui me dérange. J’ai une amie institutrice qui apprend à ces élèves la communication non violente, à reconnaitre les arbres autours d’eux, les oiseaux, les insectes. Près de chez moi il y a un bonhomme qui a mis à disposition son jardin, aux bonnes volontés, pour fabriquer une terre de partage dans la “science de faire pousser des légumes”. Il y a aussi celui qui a abandonné toute possession pour se retrouver face à la vie sans “sécurité financière” mais avec la sécurité de la générosité humaine et qui n’a jamais vécu aussi serein d’après ses dires. Il y a beaucoup de belles choses qui se font et près de chez nous. Il ne tient qu’à nous d’ouvrir nos coeurs à nos voisins et d’avancer dans le sens que nous avons choisi. Ce n’est pas la peine d’attendre la permission de nos dirigeants qui ont bien d’autres chats à fouetter avant de se tourner vers les autres…
Je préfère lire ou écouter des gens comme Pierre Rabhi ou Fukuoka ou le Dalai Lama que de regarder ou lire les nouvelles quotidiennes qui nous dressent un tableau nauséabonde de l’humanité.
Nous avons tous un pouvoir immense, celui de diriger notre propre vie.
Je nous souhaite que la tienne soit lumineuse pour l’humanité 🙂
Amitiés de Patrice

Répondre
Triton 15 décembre 2015 at 15 h 02 min

quand je vois tout ça, je me dis qu’il y a encore un sacré boulot …

Répondre
Belmonte Patrice 28 décembre 2015 at 7 h 30 min

Merci pour cet article très intéressant qui me conforte encore dans l’idée que nous ne devons rien attendre de nos dirigeants et nous diriger tout seul comme des êtres humains éclairés et responsables qui avons le pouvoir de donner de la joie et de la sérénité autour de nous pour un peu de bon sens à notre Vie 😉
Amitiés de Patrice.

Répondre
Darna 28 décembre 2015 at 10 h 52 min

Oui Patrice, souhaitons nous une belle évolution vers + de justesse et d’équité, mamelles d’harmonie universelle. Et c’est ainsi que la fin de l’élevage industrielle et du carnivorisme pollueur, est accélérée par des contaminations si aggravées qu’aucune autre solution que de changer de moeurs, deviendra obligatoire.
Car telle est la logique implacable des actes et de leurs conséquences, au-delà des vérités imposées à coups de mensonges par les hommes aux hommes. Au-delà de tous les prétextes invoqués pour fuir l’évidence…

Répondre
Patrice belmonte 16 janvier 2016 at 7 h 29 min

Bonjour Darna, je comprend qu’il y a de quoi être dépité ou en colère devant cette logique de faire de la croissance et du profit à tout prix, mais ce sont les règles jusqu’à présent de notre société. Nous sommes de plus en plus à contester cette logique par soucis d’être plus respectueux envers la vie. Quand la majorité de l’humanité aura cette démarche, elle sera forcément mise en place. C’est vrai que les grandes catastrophes font évolué les consciences mais pas seulement! L’amour (d’un parent pour son enfant) peut également faire évoluer cette conscience. Faisons chacun notre part sans trop juger ceux qui n’ont pas les même préoccupations que nous.
Souhaitons nous plus de justesse et d’équité donc , car l’harmonie garante de paix et de bonheur reste au centre de la vie!

Répondre
Darna 16 janvier 2016 at 11 h 42 min

Moi pas dépitée, vu que je n’ai jamais rien attendu de valable ou de sensé de la part des pantins élus par les pantins électeurs ! Et puis quand on ne veut se laisser gouverner par des crétins gloutons, on peut !
Les consultations organisées sur Parlement & Citoyens sont ouvertes par des députés et des sénateurs qui souhaitent associer les citoyens à la rédaction de leurs propositions de loi.
Au cas où vous souhaitez devenir enfin acteur de votre destin de citoyen, https://www.parlement-et-citoyens.fr/pages/comment-ca-marche , service fraîchement créé par des non victimes consentantes…

Répondre
Belmonte Patrice 16 janvier 2016 at 12 h 53 min

Merci pour ce lien c’est une excellente chose de pouvoir s’exprimer , mais je me sens déjà acteur de ma vie d’être humain. Que ce soit les gentils ou les méchants qui gouvernent cela ne change pas grand chose de mon point de vue. C’est le fait que certains décident pour les autres qui me dérange. Comment peut-on devenir responsable si l’on nous traite comme irresponsable de base? Tout le monde peut changer le monde en mettant en place pour lui ce qui lui semble plus juste. En donnant une éducation qui ouvre sur la liberté à son enfant. Imposer, même avec de bonnes intentions, c’est dangereux pour l’avenir.
Aussi grande soit le gloire, le confort et l’adulation que connaissent certaines personnes, cela ne change rien, au bout du chemin il y a la mort, et plus il y a de choses à quitter et plus le fait de partir est compliqué… Je ne souhaite à personne de devenir dirigeant!!!
Bonne journée et peut-être à bientôt en visioconférence pour discuter textes de lois… 😉

Eric BENECH 6 juin 2016 at 23 h 03 min

Personnellement je préfère franciser les termes anglais : “véganisme”, “végan” (masculin singulier), végans” (masculin pluriel), “végane” (féminin singulier)), “véganes” (féminin pluriel).
Pour ne pas mélanger tout…

Répondre
Darna 9 juin 2016 at 15 h 41 min

Désolée de trouver désolant une attention axée sur le francophonisme, cependant que l’humanité est en danger à cause des aberrations et des déséquilibres éco-sociaux dûs au mode occidental de consommation, imposé par le Codex alimentarius.
Le principal n’est-il pas que le vegan est également une des meilleures thérapies pour limiter les maladies auto-immunes, et autres de + en + développées par la multiplications des diverses pollutions. Les ondes électromagnétiques comprises…

Répondre
Helene 2 décembre 2018 at 15 h 42 min

« Même lorsqu’ils ont des bases scientifiques, la plupart des arguments avancés pour s’opposer à la viande font la part belle aux généralisations abusives, aux simplifications et aux fausses bonnes idées ».

– Les généralisations abusives
Elles consistent à mettre toutes les formes d’élevage « dans le même panier ». Que ce soit sur le plan environnemental ou sur le plan du bien-être animal, on ne peut pas considérer de la même façon des systèmes aussi différents que, par exemple, les systèmes d’engraissements intensifs de porcs en Bretagne et l’élevage de vaches limousines en plein air du Pays Arédien.

– Les fausses bonnes idées
Supprimer l’élevage réduirait le gaspillage des ressources et l’empreinte carbone de notre alimentation ? Le sol serait mieux utilisé pour la culture de végétaux que pour l’élevage d’animaux ? 80% des aliments donnés aux animaux d’élevage ne sont pas consommables par l’homme. La ration des ruminants est composée de fourrages (herbe, foin, ensilage, enrubannage) non consommables par l’homme, et cette herbe provient essentiellement de terres non labourables composées de prairies et de zones herbeuses, que l’on retrouve partout en France.
Sans élevage, le massif central deviendrait une friche puis une forêt. Les prairies permanentes ne seraient plus entretenues et disparaîtraient. Avec les structures associées (bord de champ, haies, talus, fossés,…), elles sont pourtant source de biodiversité et fournissent des habitats pour la faune sauvage et les insectes pollinisateurs. Elles ont autant un rôle clé dans la séquestration de carbone dans le sol que les forêts.

– Les simplifications
On compare souvent des chiffres non comparables ! C’est ce qui se passe quand on affirme que l’élevage rejette plus de Gaz à Effet de Serre (14,5%) que le secteur des transports (14%) en oubliant que ces deux chiffres sont obtenus par des méthodes différentes ! Le calcul pour l’élevage inclut diverses dimensions de l’élevage alors que le calcul pour les transports ne prend en compte que les émissions de GES des véhicules en circulation.
Quant au problème de l’eau, on trouve très fréquemment le chiffre de 15 000 litres d’eau consommée pour produire un kg de viande. Mais ce chiffre englobe l’eau bleue (eau réellement consommée par les animaux et l’irrigation des cultures), l’eau grise (eau utilisée pour dépolluer les effluents et les recycler) et l’eau de pluie. Or cette méthode a été conçue pour des sites industriels et ne tient pas compte des cycles biologiques. En réalité 95% de cette empreinte eau correspond à l’eau de pluie, captée dans les sols et évapotranspirée par les plantes, et qui retourne de fait dans le cycle de l’eau. Ce cycle continuera même s’il n’y a plus d’animaux.

Ce commentaire a été rédigé d’après l’article de Pascal Mollier sur le site de l’INRA.

Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :